AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
POUR NOUS RETROUVER SUR LA V2 : (ICI)

Partagez | 
 

 
† purgatorio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: † purgatorio
Lun 25 Avr - 20:31


Lino Moretti

Il pensa à la fleur de papier cachée entre les pages jaunies de son agenda.



nom : c'est pas grand, à la rigueur ça peut bien sonner quand on sait que les Italiens aiment la résonance des lettres. Il vient pas d'une grande lignée, ça peut peut-être faire écho à un vieux peintre claqué sans être connu ; mais rien de plus. Moretti, banal à en crever, ça passe aussi bien qu'une houle dans l'océan. ▲  prénom : c'était pas viril, sa mère aimait bien quand ça sonnait doux, même si au final elle en garde qu'un lointain souvenir. C'était Lino envers et contre tout, sans deuxième prénom parce qu'y'avait aucun type à honorer. ▲  âge et date de naissance : 25 ans pour les rides, et sur la carte ça imprime 15 octobre.▲  ton clan : ils paient bien, ils la même viscosité qu'un serpent, ils glissent entre les doigts. Il court après les Ucello, les grands gamins qui titillent de la gâchette. ▲ Ton rang : il est pas dans le vif du sujet. Il fait que tenir au courant, il pompe des sources à gauche ou à droite, dévoile les cerveaux électroniques et leurs défauts pour mieux aider cette famille. Outsider, il est pas né pour tuer, juste pour exploiter. ▲ statut civil : il papillonne sans bourgeonner. Il attend le bon moment pour se poser. Oh c'est pas qu'il a jamais aimé, c'est seulement qu'il veut pas construire la bicoque sur la plage avant d'avoir trouvé ce qui pourrait l'emballer. Il prend, il laisse, être seul ça vaut ce que ça vaut. ▲  orientation sexuelle : il s'en carre comme de sa dernière paire de pompes, même s'il gueulera qu'il est pas pédé, que ça lui va pas, qu'il refuse ça. Il est contradictoire, Lino, il sait pas ce qu'il veut, il aime et déteste à la fois. Au fond, mec ou nana c'est la même galère, un trou c't'un trou même si dans un cas il pourrait se prendre un pain dans la gueule par les fachos. ▲  metier : il fait cracher les données, dégueuler les informations binaires. Il tape, tape sans cesse, oublie parfois de cligner les yeux. Son écran c'est ce qui lui permet de se raccrocher à la réalité, de l'éviter parfois, mais de tout foutre en l'air d'une seule touche. Il claque son pouce sur l'espace, l'annulaire sur entrée. C'est déjà terminé, il hack, crack, se prend pour un maestro du nouveau monde. ▲  situation familiale : une soeur dans la nature, une moitié de carburant. Avant, c'était un frère. Mais ça, c'est jusqu'au jour où elle s'est fait couper la queue. Maintenant, lui reste que Marta, jadis Marco de son petit nom. La mère s'est taillée avec une gonzesse quand ils étaient poupons, rien à foutre, elle avait le baby blues, elle était pas prête pour ça. Pour le père, il est encore de ce monde, il daigne lui envoyer des cartes postales dans l'année.  ▲  traits de caractère : contradictoire, lunatique, vulgaire, rancunier, cachottier, franc, désabusé, passionné, à l'écoute, sarcastique, impulsif, déterminé, survolté, instable. ▲  groupe : strong and wasted, qu'il en soit ainsi, amen. ▲  crédits : glass skin.
i. il doit pas aimer respirer, Lino. C'est vrai, il se fout en l'air les poumons comme on voudrait décocher la tête d'un animal en pleine chasse. La clope, ça crache, ça dilue du pétrole à l'intérieur comme une vase dégoûtante. Il en est pas à un paquet par jour, n'empêche que dans le mois ça lui coûte et les mégots pullulent dans son cendrier craquelé. ii. il se trimbale jamais sans un objet électronique en poche. Les codes, c'est son truc. Les données binaires, c'est son délire que personne pige mais qu'on aime parce qu'il tire ce qu'il veut d'une base mal protégée. Rien lui résiste, même s'il est pas à la pointe de la technologie, avec un peu de clavier et des chiffres qui circulent, il fait ce qu'il veut. iii. un jour, il a décidé qu'il voulait ressembler à une oeuvre d'art. Même si la beauté c'est relatif. Même si au fond, tout le monde s'en branle. En bon suicidaire, il a décidé de se faire tatouer sur le bras droit une manchette, qui s'arrête nettement au-dessus de son coude. On dirait une toile d'araignée, pourtant c'en est pas une. C'est un mélange, un bordel sans nom de formes géométriques qui peuvent faire voir différentes images et visages. Plutôt amusant, ça a la même faculté que les nuages ; ça laisse vaquer à l'imaginaire. iv. dans une autre vie, Lino devait être un piaf. Il voit pas d'autre explication. Il aime les hauteurs, grimper, se percher sur un toit pour admirer le paysage, ou simplement penser trop fort pour que la réalité lui échappe. Y'a un meilleur air là-haut, sans doute. v. il va se choper de l'arthrite un jour. Il a un mauvais tic le hacker, en plus de passer son temps à taper sur des touches, il fait craquer ses doigts. Souvent. Trop souvent. Ils sont fins, longs, c'est des fagots qu'il va finir par briser. vi. même si ça lui va pas au teint, il est férue de théâtre. Depuis môme, il chérie ses bouquins sur la commedia dell'arte et peut pas s'empêcher de sourire en entendant Pierrot ou Arlequin. Par extension, il trouve les masques fascinants et s'y intéresse au possible, peu importe le pays. vii. des bagues ornent ses doigts, pas tous, mais une bonne partie. D'argents et basiques, elles veulent rien dire, elles tapent juste dans une esthétique irraisonnée qui cherche des réponses là où y'en a pas. viii. quand il sait pas comment réagir face à une situation tendue, il a le rire facile. Le genre de rire qui fout un peu les glandes, qui met pas à l'aise tant il pue le faux à quinze kilomètres. C'est pas sa faute, ça sort tout seul, c'est le rire de résistance. ix. gribouiller, ça il aime bien. Le plus clair du temps, ça a aucun sens, c'est pas comparable à Dali, ni à Picasso, mais ça vaut un mélange de mouvements incompréhensibles. Il est pas le plus doué, mais il se défend, surtout quand il a une idée plantée dans le crâne. x. c'est le cadet. Il est né quelques secondes ou minutes après l'autre. Il est la seconde moitié d'une paire, la pompe droite ou gauche. Le premier c'est Marco, Marco qu'a changé de sexe après trop d'opérations. Il sait plus trop s'il est deux ou un, n'empêche que dans la flaque d'eau, il est passé du second au premier.

ton pseudo : sans, ou Laura. ▲ ton âge  : 20 ans.  ton pays : France.  ta fréquence de connexion : au moins une fois dans la journée, le RP risque d'être plus irrégulier.▲ comment t'es arrivé ici ? on m'a tiré.    ▲ ton avis sur le forum :   amour. ▲ un commentaire ? je fais allégeance de linoléum.  



Dernière édition par Lino Moretti le Mer 27 Avr - 23:32, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † purgatorio
Lun 25 Avr - 20:31


Heartache

Love is for level of violence.


E'\\000'. Il ronfle le vieux. Il a des morceaux de pain dans sa barbe mal rasée, un filet de bave qui s'écoule le long de sa joue, le reste d'une bouteille calée sous son aisselle. Il le dévisage, un instant. A peine rentré des cours qu'il se fait petite souris pour pas se faire choper. Il veut pas le réveiller. Faut pas jouer avec les ogres, c'est juste ça qu'il a retenu du petit Poucet. Un sourcil haussé sur deux, il surplombe à peine le canapé pour regarder si y'a pas eu trop de grabuge. Ses phalanges sont pas déformées, son haleine est à peine aussi infecte que celle de sa chemise. Il va bien. C'est une journée calme. Un mercredi comme on en fait plus. Hochement de tête satisfait, le fils reprend sa route vers son coin. Sa chambre. Sa case. Son morceau de nuage. « Sal' pfut' » Ronchonnement de bougon, il a la parlote quand il est tisseur de cauchemars. Lino se retourne à peine. Il sait ce qui se matérialise dans son crâne. Il sait aussi que ça pue le cliché. Mine de rien, on refait pas un homme avec un coeur lacéré. C'est sa mère, la pute. C'est sa génitrice, la salope qui a pas assumé. C'est un bout d'elle que l'autre croise chaque matin, et ça lui fait mal de se dire qu'elle le hante comme ça. Soupir. Il veut pas en entendre plus. C'est assez pour un seul costume de peau. Il prend la poudre d'escampette. A douze ans, il récure déjà la merde des autres. Rire amer, il visse ses écouteurs dans les oreilles, ouvre un bouquin dont il prend la page au hasard. Y'a pas de sens. Il veut pas en donner, Lino. Il attend sagement un miracle. Le déluge à la rigueur se pointera, et sur sa langue se tapissent des paroles venant d'une langue qu'il a arrêté de comprendre.

'''' or E'\\047'. « Putain d'ta race. » Blasphème pour des Dieux morts, il admire inconsciemment la statue de glaise à mi-morte qui se dresse devant lui. Un visage, un miroir brisé qui prend les allures d'une poupée disloquée. Il le regarde, Marco, il le fixe avec ses prunelles vitreuses, tenant à peine sur ses jambes. Au loin, le cadet entend le vrombissement d'une voiture qui s'est taillée aussi vite que possible, laissant le paquet à la bonne porte. Il ouvre à peine la bouche son interlocuteur, et sans prévenir, un violent flux de dégueulis vient emplir sa bouche, tombant juste devant ses pompes. Il réagit pas, Lino, il regarde juste hébété la scène qui se déroule sous ses yeux. Il se croirait devant une mauvaise parodie de la jeunesse dorée. C'est pas normal que son frère la joue aventurier du monde nouveau, c'est jamais arrivé en dix-sept ans. Il fronce les sourcils, l'attrape par le col de sa chemise froissée et l'emmène à l'intérieur de la bicoque aux relents de whisky et de cigares consommés. Plissant le bout de son nez, l'autre cause pas. A la rigueur, il baragouine un fouillis monstre mais ça vaut pas mieux. Dans tous les cas, il comprend rien et l'embarque sans réfléchir dans la salle de bain. Il le désape, jette ses fringues dans la machine à laver. Ils puent. Puent la décuve et la déprime passagère. Moretti premier du nom se fait lancer sous la douche, s'assoit maladroitement dans ce petit carré de huis-clos. Il attend son réveil chez les vivants, et ça va pas lui plaire. Actionne l'eau qui explose en averse de réalités. Le marionnettiste a décidé de lui couper les fils, regardant comment il se débrouille dans sa surface de bois, bouffée par les mites. Il râle Marco, puis se tait, se fige dans le froid. Fragilité d'un papillon épinglé sous verre.

▲ ▲ ▲

« Une nana ? Une foutue gonzesse ? » La clope plantée entre ses lèvres sèches, il tire la fumée toxique pour se l'ingérer au plus fin fond de sa carcasse de moineau. Le cul posé sur la vieille moquette spongieuse, son dos épouse maladroitement les formes du rebord du pieu. Il sait que ça cloche chez son sosie, il sait que ça va pas. Il a jamais réellement su pourquoi. Juste que ça coinçait à un endroit où ça devait pas. Depuis sa gueule de bois, il arrive plus à arracher un sourire. Il comprend mieux. Il est pas dans sa peau. Il est pas dans son corps. Il est pas dans sa vie tout court, le Marco. « Sérieux, t'en a marre qu'on ait la même gueule, c'est ça ? » Il a pas plus grand rempart. Il a rien pour lui le roi de la poussière. Un peu d'humour pour se protéger seulement. Parce qu'intérieurement, ça lui met un uppercut en plein dans les viscères, ça tire jusqu'à ce qu'il les voit tomber à ses pompes. Nerveux, il tapote du pied droit. C'était pas comme ça à la naissance. Ils devaient jouer les équilibristes entre deux identités, pas définitivement se séparer. Il laisse tomber sa tête en arrière, attendant une réponse aussi percutante que le blanc qu'il étire entre ses doigts. Y'a que l'autre pour avoir la bobine, il en fait ce qu'il veut, il peut même faire des noeuds. Ils en sont là, comme deux grands cons à même pas se zieuter dans le blanc des globes.  « Nan. J'retire simplement le maquillage qui m'va pas. » C'est quoi le plan ? Gratter sous la couche pour révéler le diamant ? C'est que ça pourrait le faire rire en plus, qu'il pourrait pas le prendre au sérieux. Mais il le sait, il le voit dans ses grands yeux foncés. Il se fout pas de sa gueule. Il est tout ce qu'il y a de plus sérieux, et si ç'avait pas été le cas, il aurait pas été retrouvé minable la gueule ravagée par l'alcool. Hochement de tête, il reprend son rôle d'inspecteur des murs. Tire une taffe. S'arrête. Souffle. Retire une taffe. Resouffle. Dix secondes. Abandon. « Vrai, tu r'ssembles à un clown. » D'enfarinés, y'en a plus qu'un.

E'\\xxx'. Vert sur fond noir. Noir avaleur de vert. C'est sa nouvelle toile. Son point d'exclamation. Un autre, un peu plus proche, un peu plus loin. Il est penché sur le grand carré sombre, une tasse de café froid trônant presque fièrement sur son bureau. Il a le dos qui braille, qui lui dit d'arrêter. Il est posé depuis trop d'heures, assez pour la journée. Mais ça lui va pas à Lino. Il a dit qu'il ferait au possible pour brouiller la base de l'oeil de la justice. La justice avec un grand J, la justice avec une tenue militaire, celle qui croit protéger une ville entière. Il a pas été fondé dans l'eau. Il est pas fait pour l'oxygène. Il a été tapé dans le granit violent électrique. A mi-orage, à mi-imposteur. Il a oublié de cligner, une fois, deux fois. Ses prunelles s'injectent de pisse rouge. Il a personne pour lui dire quoi faire, même pas un rat de compagnie pour lui signifier son manque de sommeil. Il est buté, borné, taré jusqu'au point de pas pioncer. Craquellent alors ses doigts dans le vent, il reprend la mélodie intarissable des bugs, des calculs qui s'enchaînent dans son crâne. Y'a une usine, là-dedans. Il y fait pas de la viande, ni même de la poiscaille, il y fait s'entrechoquer des cellules grises qui tombent en panne. Une heure. Deux heures. Trois heures. Plus encore, il fait représentation de son époque, planquée derrière des futilités pour mieux se créer d'autres fantasmes. Tape, tape, tape. Tape jusqu'à s'en cogner. Tape. Tape. Tape jusqu'à s'y imprégner les os. Syntax error 404. Le serveur est pour lui. Tombe l'univers à ses bottes.



Dernière édition par Lino Moretti le Mer 27 Avr - 23:45, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Odistole.
≈ AVATAR : Oscar Isaac.
≈ MESSAGES : 612
≈ DATE INSCRIPTION : 15/04/2016
Age : 39

Sujet: Re: † purgatorio
Lun 25 Avr - 20:47

Ezra, ce choix
Bienvenue parmi nous avec ton petit hacker, je sens qu'il va dépoter
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † purgatorio
Lun 25 Avr - 20:49

DIS-DONC MONTAGUE CA FAIT LONGTEMPS.
Merci mon beau.


Dernière édition par Lino Moretti le Mar 26 Avr - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Celestial
≈ AVATAR : Katiusha l'angélique sublime
≈ MESSAGES : 925


≈ DATE INSCRIPTION : 04/04/2016

Sujet: Re: † purgatorio
Lun 25 Avr - 21:55

Un jour va falloir que tu arrête avec ces personnages, vraiment parce que bghjrbhujef voilà Sache que je ne suis pas fière de toi Non mais ta plume est toujours aussi exquise, je suis bien contente de la relire et de me repaître de tes mots encore une fois, surtout que comme j'ai dis j'aime tes personnages, j'ai hâte d'en lire plus ! Bon tu me réserves un rp et un lien c'est obligey !
Bienvenue chez toi !


♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️
Tu veux exclure les rapports de domination, tu veux exclure la capitulation. Mais la domination, c'est le silex, c'est ce qui produit l'étincelle, c'est l'allumage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † purgatorio
Lun 25 Avr - 22:38

T'es beau va.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † purgatorio
Mar 26 Avr - 12:56

Trop d'amour en toi ma choupette. Bien évidemment, je te réserve même la lune si tu veux, pour tes personnages je fais tomber un royaume tout entier. Merci pour tout ces compliments, j'espère que la suite te plaira tout autant. ET TOI. T'es pas trop mal avec une paire de loches, je l'avoue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † purgatorio
Mar 26 Avr - 13:29

Cher Parquet,
Je t'épouserais bien une deuxième fois juste parce que ton début de fiche déchire sa race.
Cordialement,
Ezio (pas celui d'AC)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † purgatorio
Mar 26 Avr - 13:43

Ezio, chaussure de mon sol, j'accepte avec grand plaisir ce second mariage et te remercie beaucoup de tout ces compliments. Je suis ton mari, je me dois d'honorer ta badassitude au possible et j'espère que la suite te plaira tout autant, merci.
Revenir en haut Aller en bas
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Celestial
≈ AVATAR : Katiusha l'angélique sublime
≈ MESSAGES : 925


≈ DATE INSCRIPTION : 04/04/2016

Sujet: Re: † purgatorio
Mar 26 Avr - 15:42

Comment ça se fait que t'as un harem de femme et d'homme à tes pieds ?
J'oublie tu dois me donner un royaume


♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️
Tu veux exclure les rapports de domination, tu veux exclure la capitulation. Mais la domination, c'est le silex, c'est ce qui produit l'étincelle, c'est l'allumage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : BLUE RUIN
≈ AVATAR : MIKKELSEN
≈ MESSAGES : 1093


≈ DATE INSCRIPTION : 16/04/2016

Sujet: Re: † purgatorio
Mar 26 Avr - 15:58

j'suis en amour devant tes mots j'ai du mal avec la bouille d'ezra, mais le personnage promet de jolies saletés   bienvenue



your crown is a terrifying one,
made of bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † purgatorio
Mar 26 Avr - 16:03

Le plus beau royaume de poche jamais existé. Oh Melchiorre, je suis contente que mes écrits rattrapent le visage d'Ezra que t'aimes pas tellement, ça m'empêchera pas de fangirler sur ta tronche à toi - c'te gueule qu'est Mads quoi. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Peony
≈ AVATAR : Nicola Peltz
≈ MESSAGES : 787


≈ DATE INSCRIPTION : 15/04/2016

Sujet: Re: † purgatorio
Mer 27 Avr - 13:55

BLBLBLBLBLBLBLBLBLBLBLBLBL

Toi
C'est quoi ce personnage
On a toujours pas notre lien trop parfait, va falloir se mettre au travail!!!
T'es une belle bonne licorne sinon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † purgatorio
Mer 27 Avr - 14:54

ta plume est exquise sérieux. je trouve que tout colle parfaitement, l'avatar, le pseudo, le personnage. pour le moment je suis en admiration devant le tout.
sinon bienvenue parmi nous.    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † purgatorio
Mer 27 Avr - 15:56

Le métier est trop cool
Bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir



Sujet: Re: † purgatorio

Revenir en haut Aller en bas
 
† purgatorio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NO CHURCH IN THE WILD :: 
DIETRO LE QUINTE
 :: NARTECE :: FICHES ABANDONNEES
-
Sauter vers: