AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
POUR NOUS RETROUVER SUR LA V2 : (ICI)

Partagez | 
 

 
† spooky scary skeletons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: † spooky scary skeletons
Dim 1 Mai - 21:15


Akim Vasilyev

Caricature ; c’est ce que tu es, la caricature du pauvre mec qui a tout, mais qui n’est rien.



nom : arrache la peau de cette froideur, de cette tournure de lettres qui se gangrènent. Vasilyev, ça fait tache dans le paysage, ça pue le tsar jusqu'à la moelle, l'armée rouge qui danse tout autour. ▲  prénom : longtemps les géniteurs se sont battus, dévorés pour son prénom. L'espace de quelques heures, plusieurs minutes entassées, ça se voulait Nikita, puis Andreï. Et Akim a tranché, synonyme d'une bonne nouvelle, ou d'un oiseau de mauvaise augure. ▲  âge et date de naissance : 34 ans déjà se sont écrasés sur ses traits, ne lui donnant plus la jeunesse, mais un milieu encore potable. Pas vraiment à jeter, pas vraiment à chouchouter, mûr au point de bientôt pourrir. Et ça s'arrête pas depuis le 16 février 1982.▲  ton clan : il se fond chez les Caravaggio, il dore sa place avec de l'aluminium. Eux, maîtres de la cocaïne, l'héroïne, et tout ce qui rime, tout ce qui envoie sur Pluton ou en terre du milieu, chez les marchands d'idéaux foutus. ▲ Ton rang : il va pas s'en plaindre, pas râler alors qu'il grimpe petit à petit. Il s'est fait sa place, incrusté comme un cancer, une tumeur sous la peau. Il veut plus rien lâcher. Li capi, parce qu'il fait pas que des affaires avec des ridicules raclures. Il embauche aussi, il gère la dope comme ses gosses, gosses qu'on revendrait à n'importe qui a priori. Il donne des ordres, parfois, ordonne aux frappes d'aller dans tel ou tel coin et s'occupe des problèmes lorsqu'il y en a. C'est pas le grand manitou, c'est seulement son faire-valoir, le bouffon du roi en sachet plastique. ▲ statut civil : volage aux draps froissés. Célibataire pour le bien d'un quotidien qui vole en éclats. ▲  orientation sexuelle : la rudesse d'un torse, la douceur d'une poitrine, les lèvres ciselées d'une femme, la bouche rugueuse d'un homme. Faire un choix, c'est se contenir, c'est tirer un trait sur d'autres plaisirs. Il le refuse, alors il papillonne, bisexuel sous couverture. ▲  metier : ça commence au berceau, c'est la poudre blanche qui fait éternuer, c'est le tendeur des minuscules sachets qui coûtent une blinde. Il donne, il offre avec en retour, un bonus malus. Il est le porte-parole, l'homme d'affaire qui parfois, doit régler des comptes le flingue à la main. Bang, bang, en deux secondes, la dette est payée. Voleur d'âme à sa manière, il est dealer pour le grand bonheur des chiards sur le trottoir jonché de pisse. ▲  situation familiale : père terrassé par un arrêt cardiaque depuis ce qui lui semble être une éternité, mère qui commence à crouler sous les lourdeurs de la vieillesse et une cadette fourrée dans la même magouille que lui, à faire autre chose, douce Yulia, prunelle de ses yeux, seule rattache Vasilyev. Eux, c'est contre le monde entier. ▲  traits de caractère : à l'écoute, discret, souriant, galant, soigneux, radical, épicurien, consciencieux, entreprenant, curieux, polyvalent, rancunier, humiliant. ▲  groupe : Highway of endless dreams, les chemins croisés. ▲  crédits : sans.
i. sourire sur la gueule, sourire, toujours sourire, quoiqu'il arrive, sourire même quand il faut pleurer, sourire même quand il faut s'endeuiller. Il est le rictus mauvais du Diable un matin de cuite, il est la mine rassurante de la bonne soeur touchée par la compassion. Comme pour mettre en confiance, comme pour rassurer, comme pour se faire passer pour ce qu'il est pas. Akim, son abus, son désordre, c'est montrer ses dents, c'est abuser de l'espoir des autres. ii. des fois, ça lui arrive de taper dans la poudreuse. Des fois, en soirée. Des fois parce qu'il a besoin de plus se sentir humain. Des fois parce qu'il doit assurer la qualité à ses clients. Des fois, des fois. Toujours des, des fois, et des raisons il en trouve. Il se considère pas comme les loques pitoyables qui jonchent Florence. Il se voit comme jeune consommateur, sachant s'arrêter quand il veut. iii. l'accent traître, celui qui fait rouler singulièrement ses r, qui lui donne un exotisme en noir et blanc. Il a beau essayer de l'enlever, l'atténuer, rien n'y fait. Au moins c'est toujours ça de gagné, mais ses origines auront toujours le dessus sur son phrasé. iv. les insultes, c'est pas toujours dans la douceur italienne. Parfois ça vient, ça dégueule du Russe jusqu'à s'en étouffer. Il fait pas attention, ça arrive même pas souvent en fait, mais quand Akim sort de ses gonds, se fait désarçonner, il accepte de se faire posséder par l'autre face qu'il a tenté d'éliminer. v. il est le cliché slave comme on en fait plus, il l'est sur l'alcool en tout cas. A croire que papa shootait les bib's avec un soupçon ici, un coup là, même dans les céréales en grandissant. Mine de rien, il arrive à tenir la route, même si la première cuite fut rude, et qu'elles sont toujours difficiles, Akim c'est le dernier en liste à embrasser le parquet. vi. dans la poche droite de sa veste est toujours bien enfoncé son carnet. Carnet à la couverture verte, étrangement jovial pour un contenu particulier. Dedans des noms, des prénoms, des numéros et des notes, plusieurs notes, parfois tellement qu'il sait plus exactement qui est à quoi. C'est le carnet des deals, le carnet des morts aussi, celui qui prédit qui doit quoi au gang, et surtout combien. S'évader, c'est pas gratuit. vii. plus ou moins tronche d'une marque de qualité, il prend soin de son apparence. Si Akim va pas passer trois heures devant une glace, il va n'empêche tout faire pour attiser la sympathie et se faire ranger dans une bonne case, rien n'est assez bon pour cirer les pompes de ses supérieurs. Quand il le faut, il se salit un peu plus. Peu importe, tant que la clef est la même. viii. cicatrice risible, témoin d'un souvenir dans les ruelles de Moscou. Une bête chute maladroite qui lui aura valut un aller-retour à l'hôpital. Rien d'affolant, pourtant ça y a laissé des traces, des points de sutures à désintégrer dans le bas du dos. Morceau de verre, de métal, il se souvient plus très bien. Juste que ça faisait un mal de chien. ix. l'hiver et son froid, l'hiver et sa neige. Il y était habitué, il était fait pour ça. L'Italie a dénaturé cette belle saison, la rendant si rare qu'elle devient cadeau. Alors quand les températures baissent, un élan de nostalgie vient triturer ses nerfs et une prière sourde s'adresse au divin, le garçonnet l'ouvre ; de la neige bordel. x. au départ, c'était qu'un petit truand. Arrondir les fins de mois, c'était le but. Grâce à Orsino, il allait pouvoir se faire du bien, s'offrir des extras. Puis est venu le jour où il s'est fait percuter, où, sans crier gare, il est grimpé, petit à petit, l'attachant aux Caravaggio. Il en sortira pas, il le sait, et si ça se fait, ce sera les pieds devant.

ton pseudo : sans     ▲ ton âge  : toujours 20 balais. ton pays : ô France. ▲ ta fréquence de connexion : au moins une fois par jour, les RPs ça peut être irrégulier.  comment t'es arrivé ici ?    ton avis sur le forum : il fait du mal à mon imagination.    ▲ un commentaire ? amour et chocolat.  



Dernière édition par Akim Vasilyev le Lun 2 Mai - 17:35, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † spooky scary skeletons
Dim 1 Mai - 21:15


Amalgam

kids like you, should be burning in Hell.


один. Posés devant la télévision, les mouflets froncent les sourcils, baragouinent des paroles incompréhensibles. Ils se regardent, se cherchent des réponses à leurs questions anodines. Ils comprennent rien. Ils savent même pas ce qu'ils font ici. Du peu qu'ils ont réussi à en discerner les raisons du déménagement, c'était pour papa. Papa le glorieux qui travaille mieux, qui a pu offrir une maison à sa petite troupe, qui revient chaque soir la fierté plantée sur le front. Il aide pas beaucoup pour la compréhension de Florence. Maman y met du sien, c'est pas suffisant pourtant. Ils savent dire bonjour, au revoir, se présenter dans un plus ou moins grand prisme. Mais pour regarder les dessins-animés, c'est pas pratique. Alors ils s'expliquent les histoires, ils s'inventent les péripéties, parlent à la place des personnages. L'aîné chope la télécommande, enlève le son parasite qui embrouille ses oreilles. « Heh ! Papa il a dit que tu devais écouter. » Petite balance de Yulia. Elle tiendrait pas cinq minutes en tant que méchant du conte, elle ferait pâle figure pour le rôle du grand méchant loup. Il en voit même le ressort posé sous ses fesses qui la démange, elle voudrait aller le dire, le répéter pour que son frère se fasse taper sous les doigts. Il arbore une moue dépassée par la situation. A huit ans, on sait pas comment faire autrement. « Je comprends rien. Et toi non plus, sauf que toi, t'as l'air encore plus bête que moi. » Idéal pour lancer une pique, pour se prendre en retour une mine magistrale. Elle est outrée, la petite, elle va pas tenir encore longtemps sur le tapis zébré de la piaule. « Oups. » Combien de temps avant qu'elle n'aille chouiner dans les jupes guimauves de sa mère ? Dix secondes, à tout casser. Les paris sont lancés. C'est que ça dépasse. Il trouve ça étrange, elle réagit pas des masses. Si, juste un instant où rapidement elle reprend le contrôle de la machine, monte, monte, monte tellement que même les voisins peuvent apprendre par coeur la chanson idiote qui passe pour illustrer les animaux dansants. Mains plates plaquées sur ses oreilles, il tourne toute son attention vers elle, sidéré. Et comme unique réplique ; une langue tirée.

два. « T'as jusqu'à mardi. » Silence. Frayeur des macchabées qui se remettent à souffler. Pendu à son téléphone, accoudé à la terrasse d'un café, la clope se grille doucement entre sa bouche, lunettes sur le nez pour éviter le soleil castrateur, à l'autre bout c'est une tout autre vision du monde qui s'offre. « Heh, heh, Akim on s'connaît, j'veux dire, j'suis parmi tes meilleurs clients, m'fin tu m'connais, j'aurais pas c'qui faut mard- » Intraitable, increvable, avocat de Satan. « J'en ai rien à foutre Vicente. Mardi, c'est ta dead-line, sinon c'est moi qui vient les chercher ces 500 balles, et tu sais que t'as pas envie que je vienne. » Il doit le sentir sourire. Il a le malaise, l'acide qui lui crame les rétines. Panique, même sa respiration veut plus le suivre. Retard, toujours du retard. Il zieute son carnet plein de noms, de moins ici, de zéro par là, de prénoms raturés. C'est comme ça que ça fonctionne, un marché. « Ma-mais alleeez, Akim, j'veux dire - » Soupir. Il la boucle. Il a capté qui peut se prendre pour le Tout-puissant. « Y'en a plein comme toi qui courent Florence. Te crois pas unique comme un foutu Picasso. T'es pas un Picasso, Vicente. Mardi, point barre. » Lassitude, il s'enfonce dans la chaise pour se mettre à son aise. Échec et mat. Compagnon d'infortune, sous ses iris clairs se glisse la liste des disparus, des sauvés, signés, marqués d'un fer rouge bariolé. Insectes, crevures, humanité souffrante qui demande asile.

три. Balle perdue, balle vendue. Balle plafond, balle carton. Balle qui part, balle qui dit au revoir. Basta, terminé. Il prend ses clics, ses clacs, ça suffit, il arrête de jouer, il arrête de supplier. Elle s'écrase au sol, le sang pisse à travers son crâne molesté par la violence du coup de feu. Elle tombe la belle aux cheveux dorés, elle s'écroule si bien qu'il l'entend plus. Juste un bruissement, semblable à un renard tapissé dans l'ombre. Il veut pas se faire entendre, ni se faire choper. Manquerait plus qu'il finisse agrippé sur un mur de briques grises. Regard posé sur son horizon, y'a pas que la sienne qui vient de se décocher de son cou. Y'a celle d'un autre, de celui qui voulait pas. D'une main, il a conquit le bourreau, de l'autre, il a ordonné qu'on chope la môme qui peine à se débattre. Le fond de sa gorge raclée, l'étranger hausse un sourcil sur deux. Garde ce sourire. Ce foutu sourire d'ordure mal embouchée. Il devait récupérer l'oiseau bleu, c'était ça le deal. Il devait choper le fuyard avant qu'il continue ses emmerdes. Le chimiste, le connaisseur d'atomes, le grand joueur de cristaux qui fait grimper les prix aux rideaux. Passage du bout de sa langue râpeuse sur ses lèvres sèches, l'autre dit rien. Encore tétanisé. Il peine à réaliser, sans doute. Il a pas le temps pour ça, Akim. Il a des comptes à rendre, des liasses à faire tourner, des veines à faire moisir. C'est qu'elle gueule la gosse, c'est qu'elle veut même mordre. Mais elle y arrive pas, c'est pas à lui qu'elle fera ça, ni à l'autre gars qui, impassible, se retient de lui foutre un coup de crosse sur le coin de la gueule. Faut pas casser la marchandise, elle pourrait servir. « C'est bon ? T'as terminé ? » Le neuf millimètres se repose, encore chaud de son acte macabre. Un pas, deux pas, l'esseulé menace de s'enfoncer. Bombe humaine, détonateur juste à côté du coeur. « J'aime pas mêler les enfants à ça. J'aime vraiment pas. Mais tu m'en laisse pas vraiment le choix. » Ongles souillés de tripes froides, il se prépare à toute tentative de lui en décocher une. Akim, il sait comment ça marche. Il sait ce que c'est, le désespoir. Il connaît à travers les réactions d'autres, il peut comprendre. Et peut-être que d'assassin il passera à humain, de créature à mortel. S'agrandit l'ombre de ses erreurs sur la largeur du couloir. Grand, trop grand pour un seul homme. Convulsion, spasme de réveil, l'Andrea rejoint les vivants, même s'il aurait préféré les cadavres. La porte se referme dans un éclat de satisfaction, nouveau créateur de l'imaginarium du Docteur Caravaggio. Captif.



Dernière édition par Akim Vasilyev le Lun 2 Mai - 16:13, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † spooky scary skeletons
Dim 1 Mai - 21:18

*l’agrippe en le mordant de partout.*
A moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † spooky scary skeletons
Dim 1 Mai - 21:51

Belle chevelure *glisse ses doigts dans sa touffe* T'es beau aussi comme ça Bon par contre le choix du clan est beurk
Re-Bienvenue du coup, j'ai hâte d'en savoir plus !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † spooky scary skeletons
Dim 1 Mai - 22:19

CALME TES HARDEURS JEUNE FRELUQUET. Amadeo, tu sais que si je l'avais voulu, je serais resté chez les Ucello, voyons. Mais bon, il faut savoir diversifier et remplir les vides. Merci beaucoup, je te bénie de la bouclette. Amour.
Revenir en haut Aller en bas
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Odistole.
≈ AVATAR : Oscar Isaac.
≈ MESSAGES : 612
≈ DATE INSCRIPTION : 15/04/2016
Age : 39

Sujet: Re: † spooky scary skeletons
Dim 1 Mai - 22:32

Luuuuke, ce choooix
Re-bienvenue parmi nous, petit dealer
Bon courage pour la fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † spooky scary skeletons
Lun 2 Mai - 12:24

Merci mon sauveur.
Revenir en haut Aller en bas
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : BLUE RUIN
≈ AVATAR : MIKKELSEN
≈ MESSAGES : 1093


≈ DATE INSCRIPTION : 16/04/2016

Sujet: Re: † spooky scary skeletons
Lun 2 Mai - 18:40

j'viens saluer la folie de ton personnage
re-bienvenue



your crown is a terrifying one,
made of bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: † spooky scary skeletons
Lun 2 Mai - 19:42

Quel flatteur. Un p'tit oiseau m'a dit que ton hypothétique futur compte serait chez les Caravaggio ? On se trouvera un truc de foufou. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Celestial
≈ AVATAR : Rosie la magnifique
≈ MESSAGES : 1136


≈ DATE INSCRIPTION : 04/04/2016

Sujet: Re: † spooky scary skeletons
Lun 2 Mai - 20:06


TU ES VALIDÉ(E) !

BIENVENUE CHEZ TOI


Je sais que je suis grave lente, et j'ai même pas pu poser mes griffes dans ta fiche Mais ce personnage encore une fois Tu vas me tuer, c'est toujours très parfait, tes mots qui s'assemblent et forment une oeuvre d'art oui oui c'est juste hallucinant, t'as un truc spécial avec les mots, tu crées de la magie tellement c'est fabuleux. Je vais même pas parler de ton personnage parce que sinon je vais te noyer sous les compliments Et l'histoire, la dernière scène Il est devenu papa d'une petite volée ?

On va dire que le gif est totalement en relation hein Félicitations, tu es validé(e). Avant de franchir les portes de Florence, voici quelques conseils qui pourront t'aider à survivre. D'abord, il te faut VÉRIFIER TON AVATAR DANS LE BOTTIN pour avoir la certitude qu'aucun double, maléfique ou bénéfique, ne vienne te voler ton visage. Ensuite, tu peux aller CRÉER TA FICHE DE LIENS ET DE RPS afin de ne pas terminer en âme noire et solitaire. Pense à faire un détour par la LISTE DES METIERS. Tu peux aussi CRÉER UN SCÉNARIO et peut-être retrouver un visage de ton histoire, une personne avec qui survivre et mourir dans ce chaos. Enfin, si tu veux te détendre et oublier les sombres mémoires du passé, tu peux aller FLOODER avec les autres florentins. Mais n'oublie pas, il faut toujours se méfier de son voisin, ici. Alors, bon courage et bon jeu.



Aller sur la Lune, ce n'est pas si loin. Le voyage le plus lointain, c'est à l'intérieur de soi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir



Sujet: Re: † spooky scary skeletons

Revenir en haut Aller en bas
 
† spooky scary skeletons
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spooky scary skeletons
» Spooky scary skeletons ♫
» [Event] Spooky Scary Halloween {Groupe 4}
» [Event] Spooky Scary Halloween {Groupe 3}
» Player Finds Spooky Secret Message In Dragon Age Inquisition / Kotaku

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NO CHURCH IN THE WILD :: 
DIETRO LE QUINTE
 :: NARTECE :: FICHES ABANDONNEES
-
Sauter vers: