AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
POUR NOUS RETROUVER SUR LA V2 : (ICI)

Partagez
 

 
♦ Every heart, every tear, every scar.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

Anonymous


♦ Every heart, every tear, every scar. Empty
Sujet: ♦ Every heart, every tear, every scar.
Dim 1 Mai - 21:56


Andrea Giovanni Corbaccio

I'll find my shadow on the road to pick it up.



nom : On a connu le père pour ses pots-de-vin qui alimentait sa carrière d'avocat. On a connu le frère aîné pour son nom dépeint dans un quotidien véreux à la rubrique des abattus de Florence. Maintenant, c'est au tour du cadet Corbaccio d'entrer en scène. La corneille ploie sous le poids des rumeurs. ▲  prénom : Andrea. Mimétisme du grand-père paternel, décédé la veille de sa naissance. Le cycle perpétuel cristallisé dans le nourrisson. ▲  âge et date de naissance : Silhouette de 40 ans qui se profile entre les pilules. Le manque de chance est allé jusqu'à le faire naître un 29 février. ▲  ton clan : La Mort sur sa tempe a murmuré Caravaggio à son insu. Cette même garce qui emporta son frère et sa femme. ▲ Ton rang : Peu de chose. Captif. Victime tout au plus. Instrument à distiller la drogue et à en faire des kilos de marchandise. Esclave à la solde des camés de la ville. ▲ statut civil : Veuf, endeuillé de quelques semaines. Son nom porte malheur, elle n'aurait jamais du accepter de le porter. ▲  orientation sexuelle : Dévoué jusque là à son unique amour, son épouse Elena, qui lui a offert la plus jolie des enfants. Mais depuis sa perte, il n'a plus rien, rien d'autre qu'un trou béant dans la poitrine. S'il relevait la tête, il verrait pourtant les autres. Elles, et leurs yeux de sirènes. Eux, et leurs corps de guerriers. Il pense son lit comme un discours mythologique. Il joue cependant désormais les Ulysse naviguant en eaux troubles, sans la douce Ithaque à retrouver. ▲  metier : Chimiste. Laborantin autrefois, créateur de stupéfiant désormais. Ombre d'un traître que l'on regarde avec mépris et pitié. Mais on craint son utilité. Ses mains ont du talent. Elles ont le miracle de propulser les molécules en substances plieuses Hommes. ▲  situation familiale : Une mère affaiblie, un père cancéreux. Un frère criblé de balles, une épouse jetée dans l'Arno. Une gamine perdue au-milieu de la pègre. On ne fait pas plus idyllique. Il suffirait de sourire pour la photo... ▲  traits de caractère : Sombre - Taciturne - Brisé - Dépressif - Savant - Cultivé - Bourreau de travail - Sincère - Animé par la vengeance - Intègre - Pragmatique - Fataliste - Observateur - Pessimiste - Névrosé - Franc - Silencieux - Père dévoué. ▲  groupe : Highway of endless dreams. Il est certain qu'il n'a pas fini de rouler. ▲  crédits : Scarlett Glasses (a) + Tumblr
i. Une myopie marquée avec le temps, Andrea n'a pourtant jamais pu encaissé ses lunettes. Très tôt s'est imposé le choix des lentilles de contact, petite chose transparente éclairant sa vision. C'est désormais un geste coutumier des les enfiler chaque matin, comme un nœud de cravate ou un baiser sur le front de sa fille.
ii. Florentin dans l'âme. Malgré tout le mal qu'elle lui cause, il aime cette ville qui l'a vu naître. Sa décadence, il veut l'en sauver. Certainement pas par les meilleurs moyens, mais il n'en a pas trouvé d'autres.
iii. Il s'exprime peu lorsqu'il est plongé dans un travail ou dans ses livres pourvus de schémas compliqués. Sa concentration est telle dans ces moments-ci qu'une tornade ressemblerait à une brise d'été pour lui.
iv. Il a changé depuis la tragédie. De temps à autre, et malgré son scepticisme total face au paranormal, il a la nette impression de sentir la présence d'Elena à ses côtés. Certains l'auraient même entendus lui parler.
v. Le café est un allié, révélé plus précieux que jamais depuis sa capture. C'est la seule substance addictive qu'il s'accorde, outre ses médicaments.
vi. Migraineux chronique depuis l'adolescence, c'est à chaque crise qu'il s'enfile pas moins d'une d'une demi-plaquette de pilules blanchâtres. Certaines journées difficiles, elles remplacent un repas, la douleur se faisant trop pressante.
vii. C'est un amoureux de voyages et de découverte, le genre d'homme à vouloir trouver en chaque lieu visité une histoire, un passé, une marque du diable qu'est l'Homme, à construire encore et toujours de quoi se souvenir de sa présence.
viii. Profondément émotif, les sentiments s'exhibent de manière tranchée chez lui, parfois tirant vers l'extrême. Entier, on lui a trouvé des traits d'hypersensibilité plus jeune, sans que cela ne l’affole vraiment. Cela s'est pourtant terriblement exacerbé depuis les événements ayant propulser sa famille en morceaux.
ix. Leonora représente tout pour lui. Sa plus grande fierté, sa seule et unique enfant. Et pour cause, Elena et lui eurent recours à des techniques de fécondations assistées pour espérer avoir ce petit miracle, l'épouse Corbaccio ayant eu des problèmes de fertilité. La jeune fille est désormais tout ce qui lui reste, et c'est pour gagner sa liberté mais avant tout la sienne qu'il réduira les Caravaggio à néant.
x. Étant tombé à moto lorsqu'il était plus jeune, il a désormais un peu de difficulté à marcher sans boiter légèrement. C'est un détail imperceptible au premier abord, mais qui transcende lorsqu'il doit courir, ou même bouger rapidement.

ton pseudo : StrikeField.  ▲ ton âge  : Toujours le même et à jamais. ♦ Every heart, every tear, every scar. 3058302029ton pays : Briques roses et Capitole. ▲ ta fréquence de connexion : TOUT LE TEMPS. ▲ comment t'es arrivé ici ?  ♦ Every heart, every tear, every scar. 225179245  ▲ ton avis sur le forum : Tellement naze que j'y fais un fucking DC.  ♦ Every heart, every tear, every scar. 1840478431  ▲ un commentaire ? VIENDEZ PRENDRE LA DROGUE.  What a Face



Dernière édition par Andrea Corbaccio le Mar 3 Mai - 21:11, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

Anonymous


♦ Every heart, every tear, every scar. Empty
Sujet: Re: ♦ Every heart, every tear, every scar.
Dim 1 Mai - 21:56


Sound of Drop

Spiral of Doom.

« Tu vas voir Andy. C'est un plan d'enfer ! » La voix de Rufio l'énerve. Depuis qu'il est rentré des États-Unis, son accent vrille les tympans. Son teint bronzé sorti des magazines people fait faux, tout comme ses promesses d'avenir brillant. Il sait rien. Il est parti deux semaines, et le voilà la tête couronnée d'étoiles. Mais l'Italie n'est plus ce qu'elle était. Elle gît parmi ses propres décombres. Il sait pas ça, Rufio, il vit dans son monde agréable de soleil et de coups simples. De légalité douteuse. « Je ne veux pas faire ça. C'est complètement idiot, et dangereux. Et cesse de m'appeler comme ça... c'est ridicule. » Le cadet coupe court aux rêves du plus âgé, qui le regarde avec surprise. « Mais... Tu veux pas t'en défaire ? Si tu pars pas de Florence ils vont continuer à t'emmerder. Et comme t'es enraciné ici, vaux mieux coopérer, tu penses pas ? Ou du moins faire en sorte qu'ils te foutent la paix. T'lis pas les journeaux ? J'ai pas envie d'te voir dedans à la rubrique nécro. » La pègre ronge les rues et les espoirs. Les pavés sont battus de sang dans les coins les plus sombres. Pourtant, l'aîné n'a pas tort... Partir serait compliqué, difficile pour les filles, difficile pour leur petit monde. Leur maison est ici, leurs souvenirs aussi. Il n'y a pas d'alternative pour le commun du peuple florentin. Simplement respirer chaque jour que leurs accordes les quatre têtes d'Or au sein de la monarchie de l'Ombre. Rufio sourit, cependant. L'expatrié a les dents blanches et des idées préconçues, l'idéalisme lui bouffant les tripes. Il croit pas, le grand frère, il occulte. Comme il l'avait fait pour les affaires de leur père autrefois. « Fais-moi confiance, frérot. Là-bas, j'ai trouvé une combine idéale pour pas se laisser marcher sur les pieds. Tu fournis, et je parlemente avec eux. T'auras rien à faire, même jamais à les voir, ça bavera pas sur ta belle blouse blanche, j't'en fais la promesse. » Andrea reste silencieux. Ses yeux sont rivés sur le devoir que sa fille lui a demandé de vérifier pour le lendemain. La gamine a toujours du mal en science, au grand regret de son père, qui passe pourtant son temps à lui faire apprendre ses formules. Ça n'échappe pas à Rufio, un regard pareil. « T'as pensé à Leo ? Et Elena ? » Leurs nom tombent, subitement. « Faut faire en sorte qu'elles aient une putain de belle vie, dans une putain de belle ville. Et si t'as choisi Florence la mortifère, t'sais c'qu'il faut faire. » Les arguments glissent et se cognent contre la paroi du crâne d'Andrea. Ça y est. Le mal de tête le tient. « … Et si ça tourne mal ? », ose-t-il, ses mains parachevant le rituel d'un comprimé qu'il avale en quelques secondes. Même pas le temps de le voir, il roule déjà dans sa gorge. « Ça peut pas tourner mal. On fait ce qu'ils disent, on leur donne du bon matos, et tout va comme sur des roulettes. » Le cadet se frotte les yeux, avachi sur sa chaise tandis que son frère en chemise bariolée lui dépeint ses plans. Oui, il serait capable de créer de quoi satisfaire l'appétit grandissant du Cerbère. Oui, il a des capacités en chimie que pourrait rechercher les démons courant dans les rues, ceux affiliés à la poudre et aux cris de manque. Oui, Rufio ferait un merveilleux négociateur pour obtenir la protection de sa famille. Mais la balance, Andrea ne sait pas vers où la faire pencher. Il s'abstient de réponse, un moment. Mais un simple regard vers une photo le fait flancher. Il sait. Il sait qu'Elena ne dort plus. Il sait que Leo a peur du moindre morceau de noirceur qui tapisse la ville. Il sait qu'elles sont à bout. Et il sait qu'il ne tiendra pas.
Il sait que sa vie ne tient déjà qu'au bout de leur fil.
« … C'est d'accord. On le fait. »



•••


« Ça fait des jours que j'ai plus aucune nouvelle.  » - « Ce n'est pas la première fois que ton frère disparaît sans prévenir, chéri. Qu'est-ce qui t'inquiètes ? Qu'est-ce qui se passe ? » A force de faire les cent pas, les pieds d'Andrea brûlerait presque le parquet rutilant de leur salon. Elena le regarde sans comprendre, ses yeux verts scrutant chaque trait du visage soucieux de son mari. Pour la vingtième fois de la journée, il tombe sur la boîte vocale d'un portable désespérément silencieux. Son état s'aggrave alors que son épouse le comprend de moins en moins. Elle pense que cette ville lui fait du mal. Elle n'est pas d'ici, n'a emménagé qu'après son mariage et la naissance de leur fille. Alors, sans doute ne peut-elle pas savoir ce qui se passe dans la tête d'un homme qui voit le monde de son enfance s'écrouler autour de lui. Mais après tout... Que dirait-elle si sa chère Venise venait à succomber, elle aussi ? « Il faut qu'on s'en aille. », finit-il par conclure, ses pas cessant. Dos à l'épouse surprise, il n'a pas le temps d'en dire davantage qu'on vient déjà l'arracher à ses certitudes.
Merde.
Ils sont là. Il le savait, le pressentait, mais n'a rien fait. Ça s'agite à la porte, ça finit même par la défoncer sans retenue sous un cri de stupeur de la part de Leo, jusque là occupée à comprendre son problèmes de maths. Des émissaires, le pistolet au poing, à point nommé, pour tirer et récupérer un terrible due. Le cœur s'accélère, les pupilles se vrillent, accablées par l'innommable vérité. Des semaines et des semaines que le petit jeu des frères Corbaccio dure dans un secret des plus tranchants. Changer le plomb en or n'est pas donné à n'importe quel opportuniste, et ils sont venus le lui faire comprendre.
Les intrus les rejoignent rapidement. Elena se lève, affolée, elle tourne un œil vers son époux qui, instinctivement, s'insère entre la menace et sa fille. C'est tout ce qu'il peut faire, pauvre fou qu'il est. « Corbaccio, le cadet. Tu ressembles vraiment à l'autre, pas compliqué de deviner. J'espère que vous êtes pas fait du même bois. On aime pas trop les traîtres, par chez nous. » La voix grinçante de l'un d'eux susurre ce que redoutait le père de famille, confirmant ses doutes les plus obscures. « Vous... l'avez... Rufio, vous l'avez... » - « Sérieusement... Tu croyais quoi ? Vous avez été bien naïfs, tout les deux. Ça vous prend souvent de jouer avec le feu ? La came est bonne, mais bon... maintenant, plus besoin d'intermédiaire, on vient se servir directement à la source. Tu viens avec nous sans faire d'histoire. » C'est un second qui a pris la parole. Ses yeux brillent d'une lueur bien plus sadique que ses collègues. Elle fait trembler Elena, qui pourtant, dans un acte de courage, s'oppose à la hiérarchie la plus cruelle de toute l'histoire de Florence. « Qu'est-ce que vous racontez ?! Qui êtes-vous ? Barrez-vous d'ici, Andrea ne partira jamais avec- »

Boom.
La réponse ne se fait pas attendre.
C'est une expression de stupeur qui restera figée à jamais sur le visage de la femme blonde qui tombe aux pieds de son mari. C'est un peu de sang qui éclabousse le quarantenaire, c'est un amas de tristesse qui envahit la pièce. La connerie d'Andrea est là, imposante, inexcusable, inacceptable pour sa fille qui hurle et qui pleure. Les fautes gisent d'une balle plantée entre les deux yeux vitreux qui se reflètent dans ceux de Leo s'accrochant à son père comme une ancre à la dérive. Elle insulte, elle implore son père de s'enfuir avec elle, de lui offrir un aller simple vers un monde sans cauchemars. Mais ça ne marche pas ainsi. L'aura des autres sont imposantes. Un danger de tout les instants. « C'est bon ? T'as terminé ? »
Andrea relève les yeux vers l'homme qui vient de prononcer ces paroles. Le troisième. Celui qui s'est tue jusqu'ici. Son neuf millimètres fume encore, retourne la gorge emprunte de colère du chimiste. Mais lorsque l'arme menace son enfant, le père ne réfléchit plus. Il est éteint. Rappelé vers ses devoirs primaires. « J'aime pas mêler les enfants à ça. J'aime vraiment pas. Mais tu m'en laisse pas vraiment le choix. » Andrea jette un dernier coup d'oeil. L'image de sa femme abattue résonne avec le visage imbibé de larmes de sa fille. Et il sait. Il a toujours su, depuis le jour où il a accepté le marché de Rufio.

Il se balance au bout du fil, ce sont les Caravaggio qui le couperont à leur guise. Moires écarlates, c'est sa vie avec laquelle elles jouent. Coup de crosse, spasmes, et il ouvre les yeux dans un lieu inconnu. Son dos est en lambeaux, le sol est froid, ces sensations le font sortir d'un songe affreux. On lui dit que sa gamine aura rien tant qu'il fera ce qu'on lui dirait, c'est-à-dire produire assez de marchandise pour rentrer dans les quotas de vente.
On lui dit que le labo sera sa tour d'ivoire, qu'il n'en sortira pas à sa guise, toujours sous surveillance, toujours comme le prisonnier qu'il est désormais.
On lui dit que s'il lui prend l'idée de trahir le clan comme son connard de frère, il finira dans l'Arno à son tour et qu'on se servira de la gosse comme cobaye pour de nouvelles drogues.

Il écoute sans entendre, cassé. Les néons lui vrillent les yeux, la migraine s'installe, progressivement.

C'est ainsi. Il est là, désormais. La poule aux œufs d'or dans le nid d'un cratère diabolique, aux prises d'une cage en argent blindée.

Bienvenue chez toi, oiseau de malheur.




Dernière édition par Andrea Corbaccio le Mer 4 Mai - 0:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

Anonymous


♦ Every heart, every tear, every scar. Empty
Sujet: Re: ♦ Every heart, every tear, every scar.
Dim 1 Mai - 22:18

La laisse est prête chéri. ♦ Every heart, every tear, every scar. 275567650 ♦ Every heart, every tear, every scar. 1840478431
Revenir en haut Aller en bas
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

Altair Esterhazy

≈ PSEUDO : Odistole.
≈ AVATAR : Oscar Isaac.
≈ MESSAGES : 612
≈ DATE INSCRIPTION : 15/04/2016
Age : 40

♦ Every heart, every tear, every scar. Empty
Sujet: Re: ♦ Every heart, every tear, every scar.
Dim 1 Mai - 22:34

MAIS C'EST QUOI CES DC DE FOLIE LA ♦ Every heart, every tear, every scar. 3058302029
Re-bienvenue, et puis Lee ♦ Every heart, every tear, every scar. 2834142672
Amuse-toi bien avec ce nouveau perso ♦ Every heart, every tear, every scar. 4260347001
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

Melchiorre Donatello

≈ PSEUDO : BLUE RUIN
≈ AVATAR : MIKKELSEN
≈ MESSAGES : 1093
♦ Every heart, every tear, every scar. Tumblr_obvzdxnpGd1r6tq2so1_400

≈ DATE INSCRIPTION : 16/04/2016

♦ Every heart, every tear, every scar. Empty
Sujet: Re: ♦ Every heart, every tear, every scar.
Lun 2 Mai - 8:09

re-bienvenue ♦ Every heart, every tear, every scar. 1840478431
il a PRESQUE l'air choupi et inoffensif ce petit ♦ Every heart, every tear, every scar. 3698633495



your crown is a terrifying one,
made of bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

Anonymous


♦ Every heart, every tear, every scar. Empty
Sujet: Re: ♦ Every heart, every tear, every scar.
Lun 2 Mai - 14:06

Akeum (♦ Every heart, every tear, every scar. 459362272), je t'envoie poliment te faire mettre, s'pèce de briseur de vie beaucoup trop sexy. ♦ Every heart, every tear, every scar. 2665656812 (Mon Stockholm syndrome est plus grave que je ne le pensais. ♦ Every heart, every tear, every scar. 516252157)
Altair, merci beaucoup môssieur, ravi de voir que Lee plait autant ! ♦ Every heart, every tear, every scar. 2272051206 What a Face
Melchiorre, presque oui, faut se méfier de l'eau qui dort. ♦ Every heart, every tear, every scar. 1840478431

Merci les gars, je continue tout ça ! ♦ Every heart, every tear, every scar. 275567650
Revenir en haut Aller en bas
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

Halyna Nabokov

≈ PSEUDO : Celestial
≈ AVATAR : Katiusha l'angélique sublime
≈ MESSAGES : 925
♦ Every heart, every tear, every scar. 2FTMIks

≈ DATE INSCRIPTION : 04/04/2016

♦ Every heart, every tear, every scar. Empty
Sujet: Re: ♦ Every heart, every tear, every scar.
Mer 4 Mai - 10:17


TU ES VALIDÉ(E) !

BIENVENUE CHEZ TOI


Tu peux me frapper, j'ai même pas poser mes griffes dans ta fiche ♦ Every heart, every tear, every scar. 2622867936 mais cette histoire, ce personnage ♦ Every heart, every tear, every scar. 2003563851 je me demande à chaque fois comment tu fais pour tisser de telles images poétiques tout en donnant un grand dynamisme à ton récit, c'est magique les mots avec toi, c'est beau ♦ Every heart, every tear, every scar. 2834142672 et puis on parle pas de ton personnage, c'est trop triste, faut qu'il se sorte de là. Franchement quand j'ai lu ta fiche je me suis dis que les Caravaggio fallait pas du tout les sous estimé ♦ Every heart, every tear, every scar. 459362272

On va dire que le gif est totalement en relation hein ♦ Every heart, every tear, every scar. 2272051206 Félicitations, tu es validé(e). Avant de franchir les portes de Florence, voici quelques conseils qui pourront t'aider à survivre. D'abord, il te faut VÉRIFIER TON AVATAR DANS LE BOTTIN pour avoir la certitude qu'aucun double, maléfique ou bénéfique, ne vienne te voler ton visage. Ensuite, tu peux aller CRÉER TA FICHE DE LIENS ET DE RPS afin de ne pas terminer en âme noire et solitaire. Pense à faire un détour par la LISTE DES METIERS. Tu peux aussi CRÉER UN SCÉNARIO et peut-être retrouver un visage de ton histoire, une personne avec qui survivre et mourir dans ce chaos. Enfin, si tu veux te détendre et oublier les sombres mémoires du passé, tu peux aller FLOODER avec les autres florentins. Mais n'oublie pas, il faut toujours se méfier de son voisin, ici. Alors, bon courage et bon jeu.



♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️
Tu veux exclure les rapports de domination, tu veux exclure la capitulation. Mais la domination, c'est le silex, c'est ce qui produit l'étincelle, c'est l'allumage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

Anonymous


♦ Every heart, every tear, every scar. Empty
Sujet: Re: ♦ Every heart, every tear, every scar.
Mer 4 Mai - 14:08

Han t'en fais pas va, je ne t'en veux pas ! ♦ Every heart, every tear, every scar. 1840478431 Merci beaucoup pour ces compliments adorables, i'm touched. ;; Et ouais, les Cara sont des ripoux jusqu'au trognon. ♦ Every heart, every tear, every scar. 3495551740 ♦ Every heart, every tear, every scar. 516252157
Je vais faire tout ça de ce pas. ♦ Every heart, every tear, every scar. 3628684184 ♦ Every heart, every tear, every scar. 1078336339
Revenir en haut Aller en bas
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

Halyna Nabokov

≈ PSEUDO : Celestial
≈ AVATAR : Katiusha l'angélique sublime
≈ MESSAGES : 925
♦ Every heart, every tear, every scar. 2FTMIks

≈ DATE INSCRIPTION : 04/04/2016

♦ Every heart, every tear, every scar. Empty
Sujet: Re: ♦ Every heart, every tear, every scar.
Mer 4 Mai - 14:12

Surtout Akim ♦ Every heart, every tear, every scar. 3495551740
Mais il est beau alors... on doit lui pardonner (est en pleine saison de Black Sails ♦ Every heart, every tear, every scar. 4228081930)


♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️
Tu veux exclure les rapports de domination, tu veux exclure la capitulation. Mais la domination, c'est le silex, c'est ce qui produit l'étincelle, c'est l'allumage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir



♦ Every heart, every tear, every scar. Empty
Sujet: Re: ♦ Every heart, every tear, every scar.

Revenir en haut Aller en bas
 
♦ Every heart, every tear, every scar.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The way of the heart.
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Total Eclipse of the Heart (PV) ENDED
» Scar et Zira. |Chris|
» Scar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NO CHURCH IN THE WILD :: 
DIETRO LE QUINTE
 :: NARTECE :: FICHES ABANDONNEES
-
Sauter vers: