AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
POUR NOUS RETROUVER SUR LA V2 : (ICI)

Partagez | 
 

 
liqueur de ton sang | Cosma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: liqueur de ton sang | Cosma
Lun 11 Juil - 20:43


Saul & Cosma


Le doigt qui glisse sur le bord du verre, regard posé dans le vide, il s’ennuie alors que tous s’agitent autour de lui. On parle fort, on rit, on danse. Il pousse un soupir et porte le verre à ses lèvres pour se délecter d’une nouvelle gorgée de ce liquide d’or qui lui brûle la gorge. Quelques-uns des siens discutent et tentent vainement d’attirer son attention à leur conversation. Il ne feint même pas une seule seconde de leur porter un intérêt. La journée qui s’achève s’est écoulée sans une ombre au tableau, presque trop calme. Aucun sang versé, aucun os brisé. La bête grogne à l'intérieur. Ses hommes voulaient s’amuser, se distraire et ils adoraient ce club qui était de leur territoire et avait, de ce fait, leur préférence. Lui n’y trouvait l’intérêt que de bonnes bouteilles qui y étaient servi. Le reste l’indiffère, il trouve son plaisir dans d'autres distractions.

Une demoiselle se joint à lui. Lascivement elle vient se coller au bar tout près du seul homme qu’elle devrait éviter d’approcher. Inconsciente. Elle colle sa poitrine sur le bar, se penche vers celui qui s’affaire derrière son bar et minaude en commandant un cocktail qui lui donnera l’image espiègle qu’elle cultive en jouant les demoiselles peu farouches. Il n’y prête pas attention, boit son verre. Il n’aime pas les choses servit sur un plateau d’argent. Rien n’est plus attirant qu’une proie qui se fait indomptable. Elle tente de capter son attention en remettant sa crinière en place, mais rien à faire. La belle est vexée, elle lui lance un regard en travers et fini par comprendre le message. Elle n’aura pas l’occasion de le mettre dans son lit. Tant pis elle trouvera un autre idiot à ensorceler, ses courbes plantureuses l’aideront à atteindre son but. Elle est comme tant d’autres, une des plantes arides qui cherchent à se voir offrir de quoi étancher leur soif avant de récompenser la main généreuse par un accès, pas si privilégié, à leurs cuisses entre-ouvertes.

Ces moments là il ne les aime pas. Ils le poussent à vouloir recouvrir son ennui d’une vague écarlate. Son criquet loin de lui, il ne sait pas ce qui pourrait le retenir. Son regard glisse sur les quelques-uns accoudés au bar. Il cherche de quoi se distraire avant que la chose en lui ne commence à gratter dans ses entrailles. Si elle s’éveille il n’est pas sûr d’avoir la volonté de la museler. Elle a toujours trop d’idée qui lui plaise. Son regard accroche une des aberrations qui font partie de sa meute, de son clan. Il le voit s’éloigner et disparaitre en fondant vers quelqu’un assit là-bas à l’autre bout du bar. Insignifiant. Il lève deux doigts et le barman ne se fait pas prier. Il le ressert en tremblant comme s’il le braquait avec l’un des objets d’acier gracieusement dissimulés à divers endroits de sa personne. Il sait qui ils sont ces mécréants accoudés à son bar. Ces vauriens qui sont connus pour ne pas faire dans la dentelle. Eux qui ont autant de sang sur les mains que de poudre. Marchand de mort. Celui-là qui siffle des verres du whisky le plus cher de la maison, au point que personne n’en commande jamais, celui-là il le sait, n’est rien de moins qu’un des hommes d’importances de ces malfrats. Il évite de le regarder, même s’il sait bien que lui ne fait pas plus attention à sa présence qu’à celle des autres occupants des lieux.

Un bruit de verre qui se casse lui parvient malgré le vacarme produit par la soi-disant musique qui résonne entre ses murs et les hurlements qui font offices de conversation. Il n’y prêterait pas attention s’il ne voyait pas quelques un des siens s’agiter en pointant une direction. Il suit ce que l’on montre en essayant d’éviter d’attirer son attention. On préférerait qu’il ne voie pas, alors il veut voir. Il tend le cou et distingue un de ses hommes à moitié penché sur celui qu’il n’avait qu’aperçut un moment avant. Il essaye de comprendre. Celui des siens tient par le col le client innocent et le menace de son poing avant de lui asséner à plusieurs reprises. Il n’aime pas quand ses hommes se font remarquer pour rien, mais la plupart du temps il n’y porte pas d’intérêt. Si cela venait à le déranger en revanche, il attendrait que son homme ait fini, pour le prendre à part et lui faire payer son irrévérence. Il questionne. personne ne sait vraiment pourquoi l'autre a réagit de cette manière. Querelle qui aurait été engagé dès qu'il aurait posé les yeux sur le jeune homme. Lui, ne parvenant pas à distinguer son visage d'où il se situe ne serait dire qui il est et pourquoi il a produit une telle réaction. Intéressant. Il veut savoir. Il veut juger par lui-même si il mérite son châtiment. Le forcené continue de frapper sans que personne ne vienne l'interrompre. Ils n'oseraient pas. Ils sont tous trop lâche. Lentement le sottocapo se lève et dans un même mouvement ses hommes en font autant, restant à deux pas en arrière de lui. Une bande de requins en formation. Enfin, il voit le visage encore tout innocent de celui qui est en sang. Il ne le connaît pas, maintenant il en est certain, il n'oublie jamais un visage. Le sien d'ailleurs a de quoi attiré l'attention. « Qu’est-ce qui se passe ici ? » Son homme le regarde, coupable, comme un enfant, mais fier de lui comme un idiot. Il s’approche, murmure à son oreille et lui explique la situation. Le regard perçant, le sottocapo scrute le blessé alors qu’on finit de lui susurrer à l’oreille qu’il est à la solde d’un clan ennemi. Son homme l’a vu en compagnie de certains Verrochio.  « Oh… vraiment ? » un mince sourire se dessine sur ses lèvres.  © 2981 12289 0


Dernière édition par Saul Lucania le Dim 17 Juil - 20:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: liqueur de ton sang | Cosma
Mer 13 Juil - 15:46


liqueur de ton sang


La fatigue, la lassitude, c'est le genre de sentiments qui a envahi son corps. Il est lasse Cosma et il ne sait plus quoi faire pour se sortir de cet état de léthargie qui le bouffe peu à peu. Il faut qu'il se sorte de là. Il ne peut pas se laisser avaler par la routine. La mort est devenue son quotidien, une compagne qui s'est doucement immiscée dans sa vie. Il ne s'en plains pas, c'est lui qui l'a choisi, c'est lui qui a décidé d'en faire son métier, de se lier à elle. D'avantage quand il a rejoins les Verrochio. Impossible de s'en défaire. Sa vie est entrelacée à la mort, paradoxe ambulant. Mort-vivant. Il lui faut sortir de cette routine avant d'être digéré. Sa journée a été longue. Les cadavres se sont enchaînés devant lui, ils se ressemblent tous, pourtant ils sont tous uniques à ses yeux. C'est un phénomène étrange. Même lui ne pourrait certainement pas l'expliquer, il se contente de le vivre. Il a ce lien bizarre avec son métier, Cosma. Le genre de chose qui ne s'explique pas, qui se ressent.
Il se serait bien contenté d'une nuit de sommeil, Cosma, pour se remettre les idées en place. Juste pour ranger toutes ses choses qu'il a pu voir ces derniers jours, quelques heures de sommeil bien mérité. Seulement, Morphée continue à le bouder et les insomnies s'empilent, le faisant tanguer dangereusement. La fatigue s'accumule. Les paupières s'alourdissent. Le sommeil se fait prier, mais il n'est pas du genre à se mettre à genoux pour prier, Cosma. Alors, il attend. Il finira bien par tomber. Il sait très bien que les insomnies ne peuvent pas s'éterniser. Son corps ne tiendra pas. Pourtant, il lutte, gardant la tête haute. C'est donc tout naturellement que ses pas le mènent jusqu'à un bar. Une idée. Boire pour oublier. Boire pour s'assommer. Ce n'est peut-être pas l'idée du siècle, certainement pas la plus intelligente, mais il n'a que ça, Cosma, comme perspective, là tout de suite. Alors, plutôt que de passer une énième nuit seul dans son lit, à attendre que le sommeil lui tombe sur le coin du nez, il préfère affronter cette énième nuit sans sommeil avec des inconnus. C'est toujours ça de gagné.

Il pousse la porte, sans trop réfléchir. Les cerveaux sont laissés à l'entrée dans ce genre d'endroits, à ce qu'il paraît. Pas besoin de penser quand la vodka le fait pour toi. Il a jamais aimé la vodka, Cosma. Ça ressemble bien trop à de l'alcool à brûler. Trop transparent pour être honnête. Il n'a pas vraiment le temps de réfléchir au breuvage qui va l'abrutir, Cosma. À peine a-t-il mis les pieds dans cet endroit que l'ambiance change. Du moins, c'est comme ça qu'il le ressent, Cosma. Il essaye de ne pas y faire attention, mais ce n'est pas le cas de tous le monde. Il ne faut pas longtemps pour que quelqu'un, un inconnu aux allures de gros rustres, vienne l'attraper par le col de sa veste. Il ne comprend pas tout de suite ce qui lui arrive. C'est qu'il ne s'attendait pas à un tel accueil. Il n'a pas l'air des plus amical, le gros rustre. Et ce n'est pas pour lui faire la bise qu'il l'a attrapé de la sorte. Il lui dit quelque chose, mais il ne comprend pas vraiment. Puis, de toute façon, il n'a pas le temps de répondre que déjà, l'un de ses gros poings s'abat contre son visage immaculé. La douleur se fait ressentir immédiatement, violente, lancinante, mauvaise. Il a l'habitude, Cosma, des coups qui pleuvent. La violence a longtemps fait partie de son quotidien, ça a même été longtemps son unique compagne. Alors, ce n'est pas vraiment une nouveauté, cette sensation qui le fait tiquer. Il se débat, vainement. Il ne fait pas le poids, Cosma, petite brindille face au rustre. Il n'a pas de fronde lui, pour affronter Golliath. Ce n'est qu'après quelques temps que la situation semble s'inverser. Une voix grave s'élève à travers les bruits sourds des coups contre son corps fragile. Elle a l'air d'imposer le respect, assez pour que le rustre se stoppe et le laisse respirer. Son corps retombe mollement quand l'autre le lâche. C'est à peine s'il sait où il est Cosma, c'est qu'il l'a sonné l'abruti. La voix grave raisonne de nouveau. Ce n'était certainement pas une bonne idée de venir ici. Il s'en rend compte maintenant. « J'vais y aller... » qu'il bafouille plus pour lui-même, qu'autre chose. Il voulait juste s'assurer que sa mâchoire fonctionne toujours. Il essaye de se redresser, mais bascule à moitié en arrière. « Shit » qu'il jure. Décidément, il n'aurait vraiment pas du mettre les pieds dans ce stupide endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: liqueur de ton sang | Cosma
Dim 17 Juil - 20:11


Saul & Cosma


La foule ne s'arrête pas de danser. On boit, on s'embrasse, on se frotte les uns aux autres. On ne prête pas attention à ce groupe d'hommes qui font tâches. Eux qui ne bougent pas une épaule. Eux qui laissent ouvertement voir qu'ils ne sont pas des leurs. On évite de regarder de leur côté, on feint de ne pas être mal à l'aise. On tente de s'amuser et de les oublier, en croisant les doigts pour que la situation ne dérape pas plus encore. « J'vais y aller... » Du coin l’œil le scélérat perçoit la maladresse de l’autre. Cet autre-là, celui qui a attisé la colère de biens des hommes de peu de retenu, en pénétrant dans ce lieu. Fou ou inconscient, peut-être les deux. Amusant en tous les cas. Autant que l’on peut l’amuser, il est néanmoins distrait par cette situation, par ce garçon perdu qui ne tient plus debout. «  Shit » La brute profite et se penche, prête à fondre de nouveau sur sa proie meurtrie, mais la main autoritaire du haut placé s’interpose et sans une seule remarque l’autre se recule déjà. Il enrage intérieurement, il voudrait démolir encore le corps de l’ennemi. Sa rage, pourtant, se doit de se dissiper car on n’ose pas revenir sur un ordre donné. On s’exécute en silence et on serre poings et dents. On ne répond pas, jamais, surtout pas au sanguinaire en costume. Il devra passer ses nerfs ailleurs ou trouver de quoi les oublier. Il s'éloigne et va trouver du réconfort parmi les siens, qui en l'enivrant et en plaçant entre ses bras quelques beautés banales seront aisément tempérer la rage loyaliste du furieux. Sans plus d’intérêt pour lui, Saul repose son regard sur l'animal écorché. L'autre ne l'a pas loupé. Il comprend son geste, on n'aime pas voir un clan adverse traîner dans un lieu où ils n'ont rien à faire. On n'aime pas les croiser tout court en fait. Jouer des poings est une question de logique, quand les armes ne sont pas de sortis. S'il ne l'avait pas fait, s'il n'avait pas cogné et que l'on avait appris qu'il s'était trouvé dans la même pièce en connaissant tout de son appartenance, c'est lui qui aurait pris des coups. Son sottocapo l'avait fait s'arrêter, mais il le récompenserait à sa manière plus tard.

Un vague geste de la main et les autres s’écartent, s’installent à quelques pas des deux supposés ennemis. Dispersion millimétrée, chacun est à la place qui lui incombe. L'air de rien on reprend ses distractions sans jamais vraiment relâcher le nécessaire d'attention.  « Vous avez besoin de boire quelque chose » L’aîné relève l’autre et l’amène au bar, le faisant s’asseoir avec assez de douceur dans le geste pour qu’il n’aggrave pas l’état du plus jeune. Ses mots, eux, n’avaient pas raisonné comme une proposition, ils semblaient être simplement un fait qui ne laissait pas de place à la moindre résistance.  Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas eu besoin de demander à ce qu’on l’écoute. Enfant déjà la bête transperçait ses yeux et imposait à son entourage la volonté de ne pas vouloir aller contre lui.

De nouveau celui qui s’affaire derrière le comptoir de son bar se précipite vers le sottocapo avec une précipitation non feinte. « Laissez-moi deviner… vodka ? » Boisson favorisé par la jeune génération qui voit en elle sans doute la fierté de boire l'alcool d'un pays réputé pour être rude. Boisson sans intérêt à son avis à laquelle il préférait son ambre liquide. Sans attendre de réponse, la voix passe par-dessus la musique et le barman sert à ses deux précieux clients, la boisson que chacun à l’habitude de boire. « Comment vous vous appelez ? » Coude sur le bar, doigt qui joue avec l’angle de son menton, le truand incline un visage vaguement curieux vers le blond au visage rougis par les coups. La vision de cet épiderme malmené et des quelques traces de sangs encore présent sur le visage souillé de l’inconnu, font papillonner son cœur et s’enflammer son abdomen. Les mains du monstre font tourner machinalement le verre d’alcool entre leurs paumes. Sans y faire attention il se met à compter les tours. Obsession des chiffres qui lui prend quand il tente de dominer le griffu qui sommeil dans les méandres de sa maudite âme aux allures de carcasse fêlée. Folie du sang.  Son démon incontrôlable qu'il côtoie depuis tant d'années maintenant, ne le laissera jamais tranquille. Tocs et manies s'entassent dans son quotidien et se déversent lorsque lui viennent les pulsions carmines. L'absurde mord maintenant l'intérieur de sa lèvre jusqu’à en déchirer son épiderme. Complétant le tableau de son désordre mental, d'une main il porte enfin le verre à ses lèvres et laisse l'alcool meurtrir la blessure juvénile. © 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: liqueur de ton sang | Cosma
Lun 25 Juil - 15:03


liqueur de ton sang

Cosma a toujours le don pour attirer les ennuis. Il est discret pourtant. Il se fond dans la masse. Cosma, c'est une ombre. Une ombre qui attire toujours l'attention. Et ce n'est jamais bon pour lui. Les coups finissent toujours para pleuvoir quand on le remarque. Les bleus finissent toujours par se dessiner sur sa peau, le rendant un peu moins invisible. Juste quelques jours. Cette fois-ci ne déroge pas à la règle. Cosma voulait simplement être tranquille, se changer les idées.  Pourtant, les coups se sont mis à pleuvoir avant même qu'il ne puisse dire ou faire quoique ce soit.  Les ecchymoses  apparaîtront plus tard. Pour qu'il se souvienne. Il sert les dents Cosma et il encaisse. Il n'a pas le choix. Puis tout cesse. Il peut de nouveau respirer, Cosma. Seulement, il veut partir, mettre le plus de distance entre cette brute et lui, mais son corps n'est pas d'accord. Son équilibre s'est fait la malle et il n'arrive pas vraiment à se tenir correctement. Il faut qu'il se reprenne. Il faut qu'il sorte d'ici. L'endroit est hostile. Il n'a pas besoin de ça. Il ne demande qu'un peu de calme. Sauf qu'on ne lui laisse pas le choix. Un autre homme s'approche. Il s'attend presque à ce que les coups reprennent, mais le choc attendu n'arrive pas. Un verre. Ouais. C'est ce qu'il était venu cherché au début, mais les choses ont vite dégénérées. Il le soulève presque pour l'amener au bar. Il cherche même pas à se débattre pour le coup. Il n'en a pas la force.

Il hoche négativement la tête quand il propose de la vodka. Non, il n'aime pas ça. C'est transparent, c'est traître et ça à beaucoup trop le goût de l'alcool pour être sympathique à la dégustation. Le formole a presque l'air plus appertisant que ce liquide incolore. « whisky plutôt » le liquide ambré est déjà plus attrayant. Le goût d'alcool est toujours présent, mais se masque facilement. C'est lors de son internat qu'il a appris à aimer cette boisson. Il se décide à tourner la tête vers son interlocuteur, Cosma, quand on lui demande comment il s'appelle. Il l'observe pour la première fois. Il impose le respect, ne serait-ce que par sa présence. Ça doit être le chef ici, certainement celui qui a stoppé l'autre brute un peu plus tôt. Il hésite. Il se demande s'il doit répondre. Il ferait mieux de se lever et disparaître dans l'obscurité de la nuit. Se serait certainement mieux pour tous le monde. Surtout pour lui. « Cosma » son patronyme est sorti d'entre ses lèvres avant même qu'il ne puisse le retenir. Il devait être pressé de se reprendre dans l'air. « et vous ? » qu'il se sent obligé de demander. Autant savoir à qui il a à faire. Juste au cas où. Il attrape son verre et le porte à ses lèvres. Il grimace quand l'alcool rencontre la plaie qui est née sur sa lèvre, suite à la pluie de coups. Ce n'est pas très agréable, mais il ne le montre pas. L'alcool lui brûle la gorge. C'est toujours comme ça au début, c'est désagréable, mais ça fini par disparaître. L'alcool anesthésie. Et ça n’anesthésie pas que sa gorge, quand il y pense. Son esprit y passe aussi. Ce n'est certainement pas plus mal comme ça. Il en a besoin, Cosma, d'éteindre son esprit une fois de temps en temps. Pour pouvoir respirer, pour pouvoir vivre aussi.  « qui êtes vous vraiment ? » il plonge son regard de glace dans celui bien plus foncé de son vis-à-vis. Il a besoin de savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar


Sujet: Re: liqueur de ton sang | Cosma
Mar 26 Juil - 19:11


Saul & Cosma

Autour d'eux quelques uns jettent des regards furtifs. On ne comprend pas ce qui pousse leur supérieur à vouloir échanger avec un membre d'un clan rival. D'un autre côté on ne comprend pas souvent la majorité de ses actes alors, on ferme sa gueule et on enrage en silence, en se disant que le côté malsain du patron finira bien par se réveiller et qu'il fera alors scintiller dans les airs l'une des lames qui l'accompagnent toujours. Pour Saul, il n'en est nullement question, sauf imprévu... Les V. ne sont ennemis avec son clan que par solidarité envers les Donatello et leurs affaires ne le répugnent pas de la manière dont elles le font pour les autres. « whisky plutôt » Il lui plaît, pas seulement parce qu’il aime le même alcool que lui, mais parce qu’il n’est pas banal. Cela se sent jusque dans son regard. Chaque parcelle de son visage est passée à l’analyse. L’aîné essaye de percer les arcanes de sa personne en détaillant sa façon de bouger, de parler. « Cosma » Ça sonne mystique. C’est beau et c’est doux. Ça dégage un truc, c’est à son image. L’autre se demande comment un être, tel qu’il semble être, a pu finir entre les mains de ces satanés V. C’est à n’y rien comprendre. Ça le laisse perplexe. Ça l’amuse aussi ce petit mystère. Le petit ange doit bien cacher son jeu, on n’est pas au service des receleurs d’organes si on n’est pas un brin charognard dans l’âme. Quelle belle idée. Un doux éventreur à ses côtés, cela ne peut que lui plaire assurément. Il aimerait tellement que son nouveau compagnon de soirée, ne gâche pas ses élucubrations frelatées. « et vous ? » Le fêlé passe sa langue sur ses lèvres encore imbibés du suave liquide dans lequel il vient de les tremper religieusement. « Saul » La voix grave vibre et lui seul peut l’entendre. Comme un coup de tonnerre qui retentit dans le silence inexistant.

« qui êtes vous vraiment ? » Un sourire se dessine sur les lèvres de l’homme bête. Ce garçon est vraiment intéressant. Il n’est pas dupe et ose poser des questions qui n’atteindraient même pas le seuil des lips d’un autres. Sa réelle identité, est un vaste sujet. Sujet qu'il n'est jamais bien bon d'évoquer, d'autant plus avec un inconnu. Quand bien même cet inconnu suscite de l’intérêt et il faut l'avouer, cet intérêt se révèle être accès à plusieurs niveaux. « La personne qui vient d’empêcher un Verrochio imprudent de finir dans l’Arno » Le verre tourne entre ses doigts et il en finit le contenu doré avant de lever sa patte bestiale pour qu’on les serve à nouveau. Toujours des paires, c’est son truc. Lorsqu’il boit un verre, son cadet n’est jamais très loin. Toutes ses lubies pourraient être une contrainte pour le dément, mais celui-ci est bien trop atteint pour avoir conscience de l’affliction que génère ses nombreux tocs dans son quotidien. « Enfin, c'est soit de l'imprudence, soit de l’ignorance et dans le deuxième cas vos amis ne doivent pas beaucoup vous apprécier pour ne pas vous avoir prévenu » Honnêtement, il ne savait pas laquelle de ces réponses était la plus désarmante, mais la présence du jeune homme était loin de lui déplaire, alors toutes raisons à sa présence étaient, au final, pardonnées d’avance, voir même remerciées.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir



Sujet: Re: liqueur de ton sang | Cosma

Revenir en haut Aller en bas
 
liqueur de ton sang | Cosma
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang
» PAS DE FAUX RHUM , SANG , KAKA , KOK .......
» Il ne faut pas boire de sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NO CHURCH IN THE WILD :: 
FIRENZE
 :: DELLA SIGNORIA :: CLUB
-
Sauter vers: