AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
POUR NOUS RETROUVER SUR LA V2 : (ICI)

Partagez | 
 

 
Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Peony
≈ AVATAR : Nicola Peltz
≈ MESSAGES : 787


≈ DATE INSCRIPTION : 15/04/2016

Sujet: Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées
Sam 16 Avr - 0:30


   
Arabella Mastroianni

   
She walked with darkness dripping off her shoulders, I’ve seen ghosts brighter than her soul.

   
   
nom : Puissance simulée par les lettres. Nom d'une famille décimée, perdue dans les tourbillons asphyxiants de la vie. Mastroianni, syllabes murmurées et moquées. ▲  prénom : L'identité racle la gorge avant de déverser la douceur sur les langues putrides. Arabella danse sur les lèvres tel un rêve. Bella, beauté de porcelaine fissurée par les mains brusques. Bella-done, piège pervers de l'innocence sinistre.  ▲  âge et date de naissance : La chaleur naissante d'un premier jour d'été. Belle saison pour une bella. Du haut de ses vingt-et-un ans, elle trépigne d'impatience pour son jour. Une princesse pauvre dont la seule richesse réside dans le regard mystérieux.  ▲  ton clan : Affiliation par le sang et les connaissances. Une sœur catin. Un patron lié au clan des Donatello. La petite nouvelle en ville commence à peine à mettre ses pieds dans ce monde. ▲ Ton rang : Presque intacte, les doigts crochus s'approchent sans se poser sur la carcasse tremblante. Indépendante, encore la libre celle qui ne voit pas se chance. ▲ statut civil : Les lèvres souillées pour un jeu d'enfants. Les lanières ont claqué sur la peau rougie, punition ancrée dans la mémoire. Célibataire, le cœur n'a battu que pour les inconnus.  ▲  orientation sexuelle : Ses yeux dévorent d'envie ou peut-être bien de jalousie les courbes féminines. Créature curieuse et timide, mais seuls les hommes peuvent la faire rougir. Intimidée par l'inconnu. Qu'ils sont beaux les colosses dans le regard de la gosse. ▲  metier : Effacer les traces des péchés. Une ombre dans les couloirs d'un palace. Petite souris qui se faufile dans les chambres pour les rendre immaculées. Femme de ménage. ▲  situation familiale : Une mère emportée par les flammes d'une innocente. La sorcière brûlée pour ses péchés. Un père occupé ailleurs. Absent et présent. Une sœur catin disparue, avalée par la ville.  Plus personne, plus rien sauf un lui. Un inconnu il y a encore quelques mois. Un colocataire intimidant. ▲  traits de caractère : Discrète; Énigmatique; Rêveuse; Solitaire; Naïve; Spontanée; Curieuse; Sensible; Débrouillarde; Réservée; Joueuse ▲  groupe : skin of the night▲  crédits :Odistole, Charles Baudelaire
   
001.Fascination pour le danger flamboyant. Le rouge capte le regard effrayé. Les flammes obsèdent et émerveillent la jeune femme. La beauté indomptable est source d'inspiration et de rêverie, élément destructeur pourtant indispensable. Actes pyromanes punis de la pire des manières et à présent la peur de se voir marquer à nouveau. L'enfant se voulait sirène, autant attirée par l'eau que le feu. Les pieds ont arrêté de patauger après le drame. Les yeux étrangers ne devaient pas se poser sur la honte d'une famille au risque de voir le secret révélé. L'intimité nécessaire pour retrouver l’élément adoré. Naïade nocturne.
002.Le baiser ardent de la Faucheuse. La pitié de cette dernière est portée avec honte sur le corps de la gamine. Cicatrices d'un secret familial dont l'accusée n'est pas coupable. Les brûlures ornent l'épiderme telle une parure du passé. Héritage auto-infligé recouvrant une partie du dos et courant sur la taille et la hanche droite. L'empreinte indélébile d'une erreur d'enfant.
003.Douceur nacrée sous les paumes maculées de péchés. Les turpides aux langues pendues déversent leurs crasses sur l'immaculée. Jolie gamine renvoyée pour un mensonge. Abandonnée et oubliée. Petite bestiole apeurée que le monstre aux doigts d'or a relevée. Fille des rues. Femme de la nuit. Les lèvres du seigneur se sont posées sur les rosées faisant de la gamine une nymphe. Destin tragique de la sœur presque reflet. Une route plongeant dans les ténèbres que la nouvelle innocente arpente sur les traces de son aînée. Catin de rêve. La poupée aux yeux argentés n'a plus l'envie. Fatiguée de cette vie qui lui a échappé. A genoux pour les plus grands. Elle a disparu. Elle s'est envolée. Personne pour s'inquiéter de son absence, ou presque.
004.La confiance maîtresse des manipulations. Petite joueuse aux armes en bois. Les yeux taquins et la bouche séductrice vantent les mensonges. Qui ne croirait pas l'ange blond ? Elle sait s'y prendre dans son bas monde, mais ici elle n'est qu'un pion au pays des rois. Elle ne fait pas le poids alors elle se raccroche à la seule chose encore précieuse qu'elle détient. Son innocence.
005.Femme contraste. Eau et feu dansent sur ses courbes. Manipulatrice naïve qui tombe dans la gueule des loups malveillants. Pas encore mordue, elle se pense intouchable. Inintéressante pour les grands. Trop occupée à éviter de s'auto-détruire. La gosse devient femme pour se tester, mais le jeu est dangereux surtout dans cette nouvelle ville.
006.Pureté intacte. Les cuisses closes jusqu'au monstre qui la fera rêver. Quelques caresses curieuses pour goûter au plaisir addictif. Perle rare dans ce monde de débauches. Virginité préservée par honte de ce corps abîmé. Arabella et ses erreurs qu'elle paie encore maintenant. L'imperfection doit rester cachée et par tous les moyens.
007.Innocence sombre. La folie coule dans les veines. Le grenat empoisonné par une mère camée. Comportement surprenant, déséquilibré. Les gestes souvent plus rapides que la pensée, la voix se faufile entre les lèvres laissant juste le regret tapisser sa langue. Les réactions inattendues dominent ses relations. Tantôt gamine tantôt femme. Boudeuse ou avenante. Innocente ou joueuse. Il y a autant d'Arabella que de rencontres.
008.La distance est reine. Elle n'aime pas qu'on l'approche, qu'on la frôle ou pire, qu'on la touche. Elle grogne, montre les dents et mord. Sauvage n'appréciant pas la foule. Préférant la solitude des longs couloirs de l'hôtel. Arabella a ses moments et ses personnes. Certaines plus chanceuses qui tombent dans un bon jour, les autres sont souvent ignorées.
009.La solitude est appréciée, mais le silence est angoissant. La musique pour calmer. Elle s'enferme dans son monde entre imaginaire et réalité. La belle rêvasse jour et nuit. L'attention se porte toujours sur les petits détails. Les choses que les autres ne remarquent pas ou oublient. Cependant, elle a le don de ne pas voir l'évidence. Arabella arrive à choisir les informations qu'elle souhaite connaître et bloque celles qu'elle pourrait ne pas apprécier.
010.Joueuse. La gamine ne peut pas résister. L'amusement est faiblesse. Elle s'ouvre et s'épanouit par le jeu. Mauvaise perdante qui hurle et supplie pour une revanche. Péché mignon d'une compétitrice incapable de dire non à un pari, mais sa folie s'arrête quand il est question d'argent. Elle n'oublie pas sa pauvreté et n'est pas totalement stupide. Elle joue selon ses moyens, et préfère les jeux d'enfants.
   
ton pseudo : Peony  ▲ ton âge  : 21 ans ▲ ton pays : au pays des licornes la tortue ninja est reine ▲ ta fréquence de connexion : 5-6 voir 7 sur 7 ▲ comment t'es arrivé ici ? Corruption du petit diable ▲ ton avis sur le forum :    ▲ un commentaire ?  je veux une récompense une fois ma fiche terminée    

   


Dernière édition par Arabella Mastroianni le Dim 17 Avr - 12:37, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Peony
≈ AVATAR : Nicola Peltz
≈ MESSAGES : 787


≈ DATE INSCRIPTION : 15/04/2016

Sujet: Re: Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées
Sam 16 Avr - 0:31


   
Inépuisable puits de sottise et de fautes!

   
That's how the madness of the world tries to colonize you: from the outside in, forcing you to live in its reality.

   
   

Les bâtonnets roulent dans la boite en carton. Petits morceaux de bois au bout vermillon qui s'entrechoquent. Elle sautille entre les herbes hautes à la poursuite du modèle. Admiration sans limites pour la perfection blonde. Il n'y a que cinq années séparant les deux erreurs Mastroianni. Aucune n'a été souhaitée par le couple. La première une bêtise de jeunesse après quelques verres. La seconde un oubli sous la chaleur du poison parcourant les veines. Un peu d'amour. Tendresse perdue dans la distance. Une mère jalouse de l'éclat céleste de son aînée. Les coups bas pour éducation. Arabella spectatrice discrète d'un combat inégal. Cachée sous le lit, les doigts d'enfant contre les tragus pour faire taire les cris de haines. Elle n'est pas à plaindre la seconde connerie, mise sur un piédestal pour détruire l'autre. Compétition inventée et encouragée par l'esprit tordu d'une mère folle. Dans ce bordel familial, le père est ombre. Présent. Absent. L'un et l'autre. Pas amoureux de la femme, mais attaché à sa progéniture. Vie secrète. Double personnage offrant le meilleur de ses visages aux gamines fascinées par l'homme quasi-parfait. Les phalanges s'accrochent aux manches du géniteur quand ce dernier doit repartir loin pour le travail. La belle veut partir. Elle rêve de voir le monstre sous son lit prendre forme et l'emmener loin. Peu importe s'il est horrible ou qu'il l'emmène dans ses ténèbres. Elle ne veut pas d'une belle vie, juste une meilleure. Les deux s'échappent, préférant la nature désordonnée au capharnaüm que leur vieille entretient. Les objets s'entassent sur toutes les surfaces. Piles de journaux juste 'au cas où'. Objets cassés pour les réparer dans un plus tard qui n'arrive jamais. Activité inconnue de l'ignoble qui se perd dans le paradis des camés. Quelques silhouettes s'échappent quand les deux gosses rentrent de l'école, mais elle raconte à qui le souhaite que ses revenus proviennent des objets recyclés qu'elle revend. Personne n'y croit, mais tout le monde fait semblant. La réputation de la folle n'est plus à faire. Ses crises rythment le petit village. Agnese lui hurle d'avancer. Elle ordonne alors que la nuit tombe, mais la fillette s'est arrêtée dans le champ. Le coléoptère à l'abdomen irisé subjugue. Il a déjà un nom dans l'imaginaire tendre de la fillette, Libellule. Un nom de beauté pour un petit insecte répugnant. Les idées illogiques naissent dans la caboche, sa sœur lui dit régulièrement que c'est le reste des drogues consommées le soir de sa conception et toutes celles prises pendant la grossesse. Arabella préfère se dire que sans toutes ces merdes, elle ne serait sans doute pas là. Trop lucide pour écarter les cuisses. Capable de se débarrasser de la connerie dans les chiottes. Alors oui, du haut de ses huit années elle sait déjà qu'elle doit son existence à une seringue glissée dans une veine déjà bien amochée. La petite boite se glisse doucement hors de la poche, mais le geste est interrompu par les doigts de la magnifique attirant vers elle sa jeune sœur. L'insecte disparaît derrière la verdure qui reprend ses droits et la boite retombe au fond de la cavité. Il se fait tard, les ténèbres avalent l'horizon laissant juste le néant qui parle si bien à la gosse. Mais bientôt une larme illuminera les cieux. Les morceaux de papier s'enflammeront avant de disparaître dans l'atmosphère étouffante. Les tissus se consumeront dans un crépitement mélodieux. La boite d'allumettes vide sera la première à brûler sous une fascination dangereuse. Les flammes caresseront la peau et laisseront leur empreinte telle la main du diable. L'élégante faucheuse emportera avec elle la folie familiale. La honte aux bras crasseux et à la langue fourchue. Le mot incendie se posera sur toutes les lèvres suivi de meurtre. Vengeance pour la maltraitée. La belle, la parfaite, l'élégante Agnese sera envoyée loin. Disparition de l'aimée, de la sœur modèle.

Le berceau de la mort est froid sous la paume. Les sanglots comédiens des belles du passé se sont tus pour laisser place aux ragots. Ils sont tous désolés, ce sont leurs mots. Arabella ne comprend pas réellement pourquoi. Avec les années, elle a appris qu'il existait pire que sa génitrice. Que la folie était héréditaire et que la violence pouvait aussi quitter la voix pour se retrouver sur la peau. Les coups faciles. Une éducation à l'ancienne, la meilleure disait-elle avec son air hautain. La trace des doigts sur la joue trempée. Les sillons des lanières de cuir ici et là, sur les parties cachées. Dire que c'était régulier serait un mensonge, ce n'était pas gratuit non plus. Des mauvais choix précédaient toujours les corrections. Certains plus mauvais que d'autres. Dans cet ensemble de tristesse simulée, la joie d'Arabella ne souhaite qu'exploser. Remplir ses poumons et accélérer son cœur. Embellir la visage terne et étirer les lèvres jusqu'à leur limite. Une chute dans les escaliers, accident mortel pour une femme de son âge. Pourtant elle était prudente et en forme, mais avec un peu d'aide tout devient plus facile. Un petit déséquilibre et les pieds quittent les marches. Quelques doigts cherchent de quoi se raccrocher dans un silence quelque peu gênant, mais plaisant. Avec un peu de chance la nuque rencontre un rebord avant que la colonne vertébrale se brise sur le sol froid du rez-de-chaussée. Un craquement atroce signe la fin de la partie. Au moins la vieille n'a pas raté son coup, une morte rapide et sans souffrance. Ça aurait été traumatisant pour Arabella de l'entendre gémir tel un animal blessé. Devoir achever l'insupportable aurait été beaucoup moins discret. Vingt ans et libre. Vingt ans et seule. Quelques visites du paternel qui lui explique à chaque fois qu'il est impossible de l'emmener. Une sœur qu'elle n'a pas revu depuis le drame. Pas un seul ami. Un héritage catastrophe comblant à peine les dettes. Une nouvelle vie. Un départ sans rien, juste un morceau de papier et une adresse. Un chiffre, un nom de rue et une ville. Florence dans des lettres cursives. Boule de papier dans une poche, quelques pièces dans l'autre. Rêve de belles retrouvailles, mais Arabella ne trouvera que la frustration d'une absence. Le goût amer d'un espoir mourant. Un lit vide et une nouvelle famille chez un inconnu intimidant. Un nouveau départ pour la poupée de chiffon.

   


Dernière édition par Arabella Mastroianni le Dim 17 Avr - 0:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Celestial
≈ AVATAR : Katiusha l'angélique sublime
≈ MESSAGES : 925


≈ DATE INSCRIPTION : 04/04/2016

Sujet: Re: Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées
Sam 16 Avr - 10:34

A chaque fois tu me trouves des gifs merveilleux ! Le corbeau et la corde du pendu ! buherkj Je te parle même pas du dessin c'est tout ce que j'aime (je dois en déduire que la main qui s'accroche désespérément au pied de la gosse c'est Altaïr ? )
Et à chaque fois j'ai l'impression que ton style devient de plus en plus beau ! C'est beau je suis enivrée j'en veux plus ! Il me tarde de suivre les nouvelles aventures que tu vas lui faire vivre Tu connais la maison, bienvenue


♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️
Tu veux exclure les rapports de domination, tu veux exclure la capitulation. Mais la domination, c'est le silex, c'est ce qui produit l'étincelle, c'est l'allumage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Odistole.
≈ AVATAR : Oscar Isaac.
≈ MESSAGES : 612
≈ DATE INSCRIPTION : 15/04/2016
Age : 38

Sujet: Re: Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées
Sam 16 Avr - 18:18

Booyah.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Peony
≈ AVATAR : Nicola Peltz
≈ MESSAGES : 787


≈ DATE INSCRIPTION : 15/04/2016

Sujet: Re: Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées
Dim 17 Avr - 2:43

J'avoue, ils ont trop la classe, mais la série entière est CLASSE    Oui c'est lui avec sa main dégueulasse, en même temps à force de la faire trainer partout... aaaww merci    ça me touche vraiment, j'espère que le reste va te plaire aussi alors    Merci



MAIS C'EST OBSCÈNE
attention à ce que ça ne tombe pas dans le harcèlement Je ne me priverai pas d'aller porter plainte avec mes larmes de crocodiles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : BLUE RUIN
≈ AVATAR : MIKKELSEN
≈ MESSAGES : 1093


≈ DATE INSCRIPTION : 16/04/2016

Sujet: Re: Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées
Dim 17 Avr - 12:24

Citation :
 metier : Effacer les traces des péchés. Une ombre dans les couloirs d'un palace. Petite souris qui se faufile dans les chambres pour les rendre immaculées. Femme de ménage
Je refuse, c'est du gâchis
Elle devrait vendre sa carcasse aux loups

(ici, torrent d'amour pour tes mots  )



your crown is a terrifying one,
made of bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Peony
≈ AVATAR : Nicola Peltz
≈ MESSAGES : 787


≈ DATE INSCRIPTION : 15/04/2016

Sujet: Re: Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées
Dim 17 Avr - 12:47

On peut s'arranger mais ça risque de pas plaire au monsieur Esterhazy

(et torrent de bave pour ta belle gueule )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Celestial
≈ AVATAR : Katiusha l'angélique sublime
≈ MESSAGES : 925


≈ DATE INSCRIPTION : 04/04/2016

Sujet: Re: Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées
Dim 17 Avr - 15:11


TU ES VALIDÉ(E) !

BIENVENUE CHEZ TOI


J'ai plus de mot tellement... tellement ton histoire est vraie, que les sentiments te chavirent au coeur et que tu ressens ce que ton personnage ressent, c'est... vraiment je suis chamboulée on pourrait se dire que ce n'est qu'une fiche mais tes mots ils se tissent comme des toiles d’araignées et tu ne peux rien faire t'es prisonnière de toutes les émotions que tu graves sur le papier. C'est beau, (regard j'en oublie même d'en mettre des smileys, pour te dire à quel point je suis inspirée ) et c'est fort, voilà c'est violent tellement c'est beau. Sur ce, je m'en vais pleurer pour son passé affreux, surtout qu'elle va rencontrer un loup et qu'il va devenir encore plus affreux .

On va dire que le gif est totalement en relation hein Félicitations, tu es validé(e). Avant de franchir les portes de Florence, voici quelques conseils qui pourront t'aider à survivre. D'abord, il te faut VÉRIFIER TON AVATAR DANS LE BOTTIN pour avoir la certitude qu'aucun double, maléfique ou bénéfique, ne vienne te voler ton visage. Ensuite, tu peux aller CRÉER TA FICHE DE LIENS ET DE RPS afin de ne pas terminer en âme noire et solitaire. Pense à faire un détour par la LISTE DES METIERS. Tu peux aussi CRÉER UN SCÉNARIO et peut-être retrouver un visage de ton histoire, une personne avec qui survivre et mourir dans ce chaos. Enfin, si tu veux te détendre et oublier les sombres mémoires du passé, tu peux aller FLOODER avec les autres florentins. Mais n'oublie pas, il faut toujours se méfier de son voisin, ici. Alors, bon courage et bon jeu.



♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️
Tu veux exclure les rapports de domination, tu veux exclure la capitulation. Mais la domination, c'est le silex, c'est ce qui produit l'étincelle, c'est l'allumage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Peony
≈ AVATAR : Nicola Peltz
≈ MESSAGES : 787


≈ DATE INSCRIPTION : 15/04/2016

Sujet: Re: Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées
Dim 17 Avr - 15:43

aaaawww  mais je...je suis trop touchée voilà quoi. Je sais pas quoi dire à part merci  

Spoiler:
 

Je suis heureuse qu'Arabella te plaise maintenant je veux un lien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir



Sujet: Re: Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées

Revenir en haut Aller en bas
 
Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées ~ Kat & Jeff
» Le gouffre de tes yeux, plein d'horribles pensées
» Perdu dans ses pensées et son manteau...
» Plein les Yeux !!
» [Validée]ne le regardez pas dans les yeux!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NO CHURCH IN THE WILD :: 
DIETRO LE QUINTE
 :: NARTECE :: FICHES VALIDEES
-
Sauter vers: