AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
POUR NOUS RETROUVER SUR LA V2 : (ICI)

Partagez | 
 

 
Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Hakunaa Matataa
≈ AVATAR : Diego Barrueco
≈ MESSAGES : 4
≈ DATE INSCRIPTION : 08/10/2016

Sujet: Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
Sam 8 Oct - 16:08


Hadès Borgia

Regarde au-delà de ce que tu vois.



nom :  Borgia ▲  prénom : Hadès, le dieu des enfers. Cela expliquerait peut-être pourquoi tu n'es pas très tranquille dans ton cerveau. ▲  âge et date de naissance : le 1 avril 1993 et 23 ans. ▲  ton clan :  Verrochio▲ Ton rang  tu es tout nouveau, tu as le rejoins le clan car il ressemblait à ton gang. Tu es le petit nouveau qui doit faire ses preuves. ▲ statut civil : célibataire▲  orientation sexuelle :  Tu es nightsexuel. ▲  metier : tueur à gages▲  situation familiale : ta mère est morte, ton père tu n'as plus de nouvelle. ▲  traits de caractère :  froid ▲ lunatique ▲ violent ▲ impulsif ▲  groupe : highway of endless dreams ▲  crédits : bazzart


Tu es tatoué. Tu l'as fait dans ton adolescence. Cela peut paraître étrange d'avoir Timon et Pumba sur le bras avec la phrase Hakuna Matata. Mais cela représente tellement de choses pour toi. Cette phrase qui est un idéal, une vision assez utopique te rappelle ta mère. Mais peu de personnes le savent. Tu es très enfantin malgré que tu connais déjà la violence. Tu as du mal à définir les limites et à appliquer les règles. Tu es encore un enfant qui a besoin d'apprendre et de se tromper. C'est pourquoi tu t'identifies beaucoup à Peter Pan. Tu aimes son histoire, le dessin animé mais aussi les films. Cela te parle beaucoup dans un sens. Tu ne le montres pas mais tu as des sous. Même si tu as été livré à toi-même, ta mère t'a laissé un bel héritage ayant peur que ton père finisse par te chasser. Mais l'argent a augmenté durant ton business. Tu sais que c'est de l'argent sale mais cela ne te pose aucun problème de conscience. Tu n'es pas du genre à passer trois heures dans une salle de bains, mais à mettre quelque chose de pratique. Tu es discret, froid, distant. Tu ne montres pas tes émotions. Pourtant tu peux devenir impulsif, lunatique et violent. Tu ne te rends pas vraiment compte. Tu es très câlin dans l’intimité.

ton pseudo : Hakunaa Matataa ▲ ton âge  : 22 étoiles ▲ ton pays : la france ▲ ta fréquence de connexion : souvent ▲ comment t'es arrivé ici ?  Night me l'a présenté avec un lien complétement tordu sur PRD. ▲ ton avis sur le forum : Assez sombre, j'aime bien le design. J'aime bien aussi le contexte mais je dois bien tout lire pour tout comprendre, les histoires de clans et de groupes. Histoire de bien me mettre dans le bain.  un commentaire ? Je suis toute nouvelle je mords qu'aux fesses    et si quelqu'un désire un lien avant ma fiche finie cela ne me dérange pas    



Dernière édition par Hadès Borgia le Dim 16 Oct - 18:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Hakunaa Matataa
≈ AVATAR : Diego Barrueco
≈ MESSAGES : 4
≈ DATE INSCRIPTION : 08/10/2016

Sujet: Re: Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
Sam 8 Oct - 16:08


Once upon  a time

“Les larmes sont un don. Souvent les pleurs, après l’erreur ou l’abandon, Raniment nos forces brisées.”


Le premier abandon ~ Ta naissance aurait pu être une blague, un gros canular que personne attendait. C'est ce que tes parents avaient cru au début. Ton père ne croyait pas que ta femme était en train de perdre les eaux. Il pensait à une farce. Après tout tu n'étais pas attendu à sept mois de grossesses passées. Non tu étais attendu au mois de juin. Alors quand le premier avril a sonné, ta mère hurlait et paniquait de voir que personne ne la croyait. Ton père comprit au bout d'une dizaine de minutes que ce n'était pas une blague, que sa femme a allé accoucher de toi. Ou plutôt de vous. Tu ne l'a su qu'après.... Vous étiez donc attendu toi et ta jumelle. Une jumelle que tu n'as jamais connu, une jumelle qui n'a jamais vu le jour. Une jumelle dont tu as soufflé la vie. Une jumelle qui s'est sacrifiée pour toi. Une jumelle qui a laissé un vide dans le cœur de tes parents. Une partie de toi qui t'a toujours manqué. Tu t'es toujours senti incomplet sans jamais comprendre pourquoi. Puis la naissance est passée. Tes parents reportaient ton attention sur toi mais inconsciemment tu avais tué ta sœur jumelle. Sous leurs sourires, tu n'avais jamais perçu cette tristesse. Il fallait tout enlever, tout changer. Tu occupais la place d'un en décoration mais jamais de deux dans leurs cœurs. Ton père reposait tout sur tes épaules. Tu étais l'héritier de son empire c'était clair dans sa tête. Tu étais actif sans ta jumelle. Tu avais toujours ce manque dans ton cœur. Tu as essayé de le combler mais personne pouvait le remplacer.
Les années passent, tu étais devenu un petit garçon. Un petit garçon curieux par les couleurs de la vie. Les couleurs de l'art. La peinture t'attirait, la peinture te calmait, la peinture te permettait de t'exprimer. Tu peins assez tôt. C'était une passion que tes parents te laissaient faire. Surtout ta mère. Ta mère était ta plus grande fan. Mais pour la bienséance, la société elle t'avait aussi à des cours de piano. Un piano que tu avais du mal à apprivoiser. Tu aimais le son mais tu n'aimais pas le professeur. Tu n'avais pas le goût de t'amuser. Ce n'était pas comme la peinture où tu avais ta propre liberté. En piano, il fallait que tu apprennes et que tu appliques ce que le prof te disait. Tu étais son pantin qu'il manipulait pour son propre succès. Tu le savais mais tu te laissais faire. Tu étais aussi le jouet de ton père. Ton père qui ne faisait jamais attention à toi mais à tes notes, à ton savoir, à tes connaissances, à ton intellectuel. Tu n'étais pas mauvais mais tu n'en avais pas envie. Tu n'avais pas envie de t'investir. Puis à tes huit ans tu compris mieux pourquoi ce regard méprisant de sa part. Pourquoi ta mère sortait des échographies qui ne te ressemblaient pas ? Pourquoi elle pleurait en les voyant ? Tu n'avais jamais eu de réponses mais à tes huit ans, tu sus tout. Tu étais en train de jouer dans cette grande maison. Une maison avec trop de portes, trop de chambres et un grenier. Un grenier interdit. Un grenier où tu ne devais pas y mettre les pieds. Mais ton ami avait envoyé le ballon si haut et fort qu'il avait cassé la fenêtre du grenier. Alors tu es allé le cherché ignorant l'interdiction de tes parents. Tu montas les escaliers et tu cherchas ce ballon. Ce ballon qui avait atterrit dans un carton. Un carton ouvert. Dedans que des affaires de filles. Tu ne comprenais pas vraiment. Tu pensais que c'était à ta mère quand elle était petite. Tu vis des échographies, un dossier, une couverture, des doudous... et surtout un prénom : Amanda. Amanda Borgia. Tu vis le dossier avec la même date de naissance et de mort que toi. Tu ne saisissais pas tout. Trop d'informations te manquaient et tu n'avais que huit ans. Alors tu oublias ton amie et tu te dirigeas vers tes parents. Tes parents qui étaient dans leurs bureaux. Tu voulais demander des explications, des comptes. Qui était cette Amanda ? Ta mère était bouleversée quand elle comprit que tu savais. Ta mère qui avait pour l'habitude de sourire et cacher ses émotions. Ton père restait impassible. Il était partagé entre la vérité ou mentir. Mais c'est ta mère qui décida de répondre à tes questions, de t'avouer la vérité. De ce bébé qu'elle avait perdu. Elle t'avait sauvé la vie cette Amanda, tu lui la devais. Si elle n'avait pas aspiré le liquide, tu ne serais pas là aujourd'hui. Sans comprendre comment, ce jour-là tu ressentais une profonde tristesse. Une jumelle dont tu ignorais l'existence et que tu ne connaîtras jamais. Depuis tu te sentais seul, tu avais désiré un autre frère et sœur mais ta mère ne voulait plus prendre ce risque. Tu étais le fruit d'un paradis et de l'enfer. Tu étais née mais tu avais donné la mort. Comment peut-on vivre avec ça ? Tu dus t'endurcir plutôt que prévu... Même si au fond de toi, ce creux au fond de ton cœur ne sera jamais remplacé...

La déchéance, le dérapage ~ Les années passèrent... Tu te renfermais sur toi-même. Tu ne laissais personne voir tes émotions, tes agissement, tes actes. Tu traînais avec des personnes pas très clairs mais tu faisais attention de ne pas être influencé. Ton père misait tout sur toi alors que toi tu en avais rien à faire. Tu devenais grossier et vulgaire dans tes mots. Au début c'était rien, un mot à l'école aujourd'hui ton père devient fou quand il te trouvait en garde à vue. Il te menaçait mais il n'avait plus d'emprise sur toi. Tu ne voulais pas de son entreprise, de son empire. Non toi tu voulais être artiste. Ta mère était partagée entre t'écouter ou t'ignorer. Tu faisais ta tête de mule et ton adolescent. Tu étais devenu un pianiste hors paire mais cela ne remplaçait pas la peinture. Puis les années passèrent encore... Ton père voulait te ranger et ta mère désirait des petits enfants. Des petits enfants qu'elle voulait couvait de cadeaux, de faux artifices. Toi tu n'en voulais pas. Toi tu ne pouvais pas en avoir. Toi tu en avais peur. Peur de ses gosses. Alors tu te protégeais toujours. Tu ne voulais pas t'engager. Les sentiments ce n'étaient pas toi. Toi tu aimais t'amuser, passer d'une fille à une autre. Tu ne t'attardais jamais. Certainement pas sur les prétendantes de ton père. Jamais était à ton goût. Tu ne voulais pas te marier. Tu ne voulais pas passer ce capte là. Tu profitais de ta jeunesse. Tu avais monté ta propre empire dans le dos de ton père. Une empire illégal. Un business qui te rapportait gros : la drogue. Un moyen pour toi de te faire de l'argent facile. Tu étais fort pour t'en procurer et en vendre. Tu avais des gens à ton service et bientôt tu fus maître de ton business. Les soirées, les galas, les rendez-vous avec ses hommes-là étaient des appâts pour faire marcher ton business. Le meilleur était les étudiants. Tu traînais souvent las-bas pour les appâter et avoir un maximum de clients. Tes parents n'en savaient rien, il n'apprécierait pas la chose. Ta vie était un fleuve tranquille dont toi seul menait la barque. Mais y a toujours un mais. Un soir tout dérapa. Même si ta mère regrettait ta naissance, elle était tout pour toi. C'était ton modèle, ton soutien au quotidien. Elle a toujours essayé de te donner son amour. Un amour pour deux en une seule personne. Mais à ton adolescence, tu n'as pas vu la chose. Tu n'as pas compris sur le coup. Ta mère était morte. Elle était malade et tu ne l'as jamais su. Elle a tout fait pour te le cacher. Puis un soir quand tu es rentrée, elle s'est évanouie d'un coup et morte sur le coup. Une crise cardiaque. Les médecins disent qu'elle n'a pas souffert mais toi tu t'en fous. Pour toi c'était la deuxième femme qui te laissait seul. Seul avec ce père qu'il ne te connaît pas, il ne sait pas ce que tu es. Une violence est née en toi ce jour-là. Une violence méconnue. Ton père en avait marre de toi. Il en avait marre de te trouver entre les mains de la police. Ton gang a évolué et tous ceux qui ne payaient pas étaient menacés, frappés, tabassés. Tu n'avais plus aucune pitié pour personne. La peinture, le piano, plus rien ne te calmait. Tu devais taper, vendre et vivre. C'était les trois choses de ton quotidien. Tu étais en manque d'affection mais tu ne voulais pas le montrer auprès de ton père. Un père qui a fini par te jeter et en avoir marre de toi. Mais avec les sous que tu te faisais, tu pouvais vivre seul. Tu faisais ta loi car tu ne connaissais plus les limites. Tu avais perdu la notion du bien et du mal. Puis ce n'est surement pas ton père qui allait t'enseigner. Il aurait aimé que tu sois responsable mais tu n'avais pas envie de l'être. Tu n'avais pas envie de grandir. Tu avais envie de rester insouciant.

Le troisième abandon car on dit jamais deux sans trois ~ Puis tout a changé une deuxième fois. Toujours à cause d'une femme. Parmi tant d'autres, elle se détachait du lot. Elle semblait perdue et fragile. C'est tout naturel que tu l'as pris sous ton aile. Mais elle avait quelque chose de plus que les autres. Dans sa façon d'agir, de se comporter. Elle te faisait penser étrangement à ta mère. Alors tu te mis à vivre avec elle. Tu le voyais dans son regard, dans ses gestes, dans son comportement. Elle agissait comme une maman, une personne qui veille sur toi. Elle te mettait des limites quelques fois. Tu avais besoin de ses bras, de ses lèvres, de son corps. C'est tout naturellement que tu t'épris d'elle. Mais d'une façon malsaine, d'une façon anormale. Tu te confondais en elle. C'était ta Wendy. Comme Peter pan, comme ses enfants perdus qui avaient besoin d'une maman. Tu étais comme eux. Tu t’identifiais à cet enfant qui ne veut pas grandir et gardait « cette mère » pour lui. Tu ne veux pas la partager. Tu lui susurais à son oreille lors d'un orgasme le mot « maman. » Tu étais son fils, une personne sur qui elle pouvait compter. Tu faisais tout pour lui plaire mais tu continuais d'être violent, de dealer, de faire tes trafics avec elle. Tu la voulais dans ton monde que tu as créé, dans ta bulle. Tu ne voulais pas qu'elle regarde la réalité, tu ne voulais pas qu'elle s'aperçoive que votre relation n'était pas du tout saine. Non tu voulais penser que tu avais trouvé la femme qui comblait ce vide dans ce cœur. Pourtant tu ne faisais rien dont elle pouvait fière. Mais c'était devenu ta drogue. Comme un fumeur qui a besoin de sa nicotine, toi tu avais besoin simplement d'elle. Cela n'a duré que deux ans. Deux ans dont tu avais tes habitudes avec elle. Deux ans qu'elle était entré dans ta vie. Tu ne pensais pas qu'elle en sortirait. Mais un jour, une matinée, tu allais à ton travail et tu sens un choc sur ton crâne. Tu n'as pas vu le coup venir. Tu te retrouvas dans les bras de Morphée quelques minutes. Heureusement tu avais rien de grave. Tu te relèvas car tu ne pensais pas que c'était elle. Peut-être un client qui est rentré par surprise et venait t'agresser. Tu as eu peur pour elle et tu t'es mis à la chercher de partout. Mais tu ne le voyais pas. Tu l’appelas et rien. Tu faisais les cent pas dans l'appartement, tu ne comprenais pas. Elle ne répondait pas ni à tes appels, ni à tes messages. Elle était injoignable. Tu rentras dans la chambre pour te calmer. Sauf que tu as découvert les placards vides, du moins ouvert et vide de ses affaires. Tu compris qu'elle était partie. Partie pour de bon. Partie sans te laisser un mot ou une explication. Quelque chose t'avait échappé car ce comportement ce n'était pas digne d'elle. Ta mama n'avait pas pu te laisser tomber. Tout sauf elle. Mais en fouillant dans l'appartement, en voyant qu'elle ne répondait pas à tes appels, tu t'apercevais très vite que si. Tu étais en colère, déçu et profondément triste. Tu te sentais une nouvelle fois abandonnée. Les larmes vinrent automatiquement. Comme un enfant paumé sans sa mère, tu te demandes bien ce que tu as fait de mal, quelle bêtise tu avais pu commettre. Au fond, tu ne voulais pas voir que ta bulle n'était pas la sienne. Tu ne l'acceptais pas, tu voulais l'entendre dire qu'elle ne t'aimait pas, qu'elle ne tenvoulait plus. Alors cela en est devenu une obsession. Tu te mis à la chercher. Cela n'a pas été facile, mais avec son ancien numéro, son adresse mail et de bons contacts, tu as pu la retrouver. Elle avait changé de ville et elle était à Florence maintenant. Tu n'as pas vraiment réfléchi, tu comptais bien la ramener dans ta vie. Fallait qu'elle comprenne qu'on n'en ressort pas comme ça. Puis autant être puni, autant savoir les raisons. Alors tu as mis ton gang en parallèle. Tu filas le commandement à ton bras droit et tu t'envolas pour Florence. Tu as compris bien assez vite que la ville était partagée entre plusieurs clans, plusieurs familles. Tu ne mis pas de temps à rejoindre le tien. Celui qui te semblait le mieux. Tu te sentais à ta place dans ce milieu où tu pouvais exercer la violence gratuitement. Tes émotions étaient submergées par tout ça. Tu es le nouveau, tu sais que tu dois faire tes preuves pour trouver ta place dans cette ville. Tu pris un petit studio. Tu l'avais retrouvé. Tu ne savais pas comment faire, comment engager les retrouvailles mais il en était sûr, tu allais la revoir et tout faire pour la récupérer. Tu ne lui en laisserais pas trop le choix s'il le faut. Cette femme ne pouvait pas te laisser tomber, tu avais besoin de ta mama.



Dernière édition par Hadès Borgia le Mar 11 Oct - 21:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : NEON DEMON
≈ AVATAR : Sveta l'enflammée
≈ MESSAGES : 15


≈ DATE INSCRIPTION : 10/08/2016

Sujet: Re: Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
Sam 8 Oct - 16:14

C'est vrai que je pars dans mes délires quand j'écris les annexes généralement Je suis désolée, si tu as la moindre question n'hésite pas en tout cas ! On sera heureux de te répondre
Je suis bien curieuse de savoir ce que tu vas faire de ce personnage ! et ton lien avec Night, je vais suivre ça de très près
Bienvenue chez toi !


♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️♦️
tout regard habituel est une nécromancie et chaque visage qu’on aime, le miroir du passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : BLUE RUIN
≈ AVATAR : MIKKELSEN
≈ MESSAGES : 1093


≈ DATE INSCRIPTION : 16/04/2016

Sujet: Re: Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
Sam 8 Oct - 18:18

bienvenue ce choix de pseudo petit borgia trempant dans la perversion ? j'ai hâte de savoir ce que tu vas en faire de ce petit n'hésite pas si tu as la moindre question



your crown is a terrifying one,
made of bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Nateba
≈ AVATAR : DT
≈ MESSAGES : 169


≈ DATE INSCRIPTION : 14/07/2016

Sujet: Re: Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
Sam 8 Oct - 21:49

Viens t'asseoir sur les genoux de maman.
J'ai bien hâte de voir ce que ça va donner, courage pour ta fiche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : ohmyfiona
≈ AVATAR : taylor hill
≈ MESSAGES : 51
≈ DATE INSCRIPTION : 31/08/2016

Sujet: Re: Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
Dim 9 Oct - 16:46

Bienvenue parmi nous & bon courage pour la fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Hakunaa Matataa
≈ AVATAR : Diego Barrueco
≈ MESSAGES : 4
≈ DATE INSCRIPTION : 08/10/2016

Sujet: Re: Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
Mar 11 Oct - 11:06

merci à tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : vox populi.
≈ AVATAR : Jessica Chastain
≈ MESSAGES : 197
belladonna for the heart.

≈ DATE INSCRIPTION : 10/06/2016

Sujet: Re: Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
Ven 14 Oct - 18:40

Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : BLUE RUIN
≈ AVATAR : MIKKELSEN
≈ MESSAGES : 1093


≈ DATE INSCRIPTION : 16/04/2016

Sujet: Re: Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
Sam 15 Oct - 21:09

Coucou

Le délai de ta fiche est maintenant dépassé, nous aimerions bien avoir de tes nouvelles car sans cela nous serons obligés d'archiver ta fiche et de supprimer ton compte  

Il te reste trois jours de sursis néanmoins



your crown is a terrifying one,
made of bones.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : Hakunaa Matataa
≈ AVATAR : Diego Barrueco
≈ MESSAGES : 4
≈ DATE INSCRIPTION : 08/10/2016

Sujet: Re: Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
Sam 15 Oct - 21:36

Oui j'ai squatté le week-end chez ma meilleure pote mais je reviens demain sur mon ordinateur alors je la terminerai promis :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir

avatar

≈ PSEUDO : GALLINEA.
≈ AVATAR : CILLIAN FUCKING MURPHY.
≈ MESSAGES : 1016


≈ DATE INSCRIPTION : 23/04/2016
Age : 16

Sujet: Re: Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
Dim 16 Oct - 16:31

Bienvenue en retard, ça fait du bien un peu de sang neuf chez les Verrochios.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Il n'y a qu'un seul but : le pouvoir



Sujet: Re: Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand le regard dit peut-être et la bouche dit oui. ~ Hadès
» Mon coeur s'enflamme et embrase mon être quand ton regard croise le mien //Rhinoutte//
» Quand le regard saigne, l'esprit renaît. [Lenka Xil'Naälhyr]
» (-18)Raphaël ♦ Quand on veut, on peut. Je te veux, je peux ?
» Chez les nudistes, quand on drague, on peut aussi prendre une veste ! (Arthur)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NO CHURCH IN THE WILD :: 
DIETRO LE QUINTE
 :: NARTECE
-
Sauter vers: